France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
JEUDI EN COULISSES

Guyane la 1ère : le off de la matinale en cinq points

Hermann ROSE-ELIE Jeudi 17 mai 2018
Guyane la 1ère : le off de la matinale en cinq points
Malick Catayée, l'animateur de la matinale de Guyane la 1ère, se lève chaque matin à 3 heures pour prendre l'antenne deux heures plus tard (HRE)

Le créneau de grande écoute d'une radio est généralement celui du matin, et pour cause : les auditeurs qui se réveillent ou qui partent travailler apprécient cet accompagnement, cette présence vocale...La matinale de Guyane la 1ère est la plus écoutée du département. Rencontre et confidences avec Malick Catayée qui l'anime depuis cinq mois.

1 LE RÉVEIL
Malick Catayée se réveille chaque matin à 3 heures, en prenant toutes les précautions nécessaires pour éviter « la panne d'oreiller » . En fait, son alarme retentit en boucle, dès 2h40 et pour être tout à fait certain d'être au rendez-vous à l'antenne, un autre réveil de « secours » est programmé à
4 heures. Difficile de faire mieux...
Une fois sorti du lit, le rituel est le même pour l'animateur : direction la salle de bains après avoir émergé de son sommeil, place à un moment de prière puis top départ pour la station de Rémire-Montjoly. Et le petit-déjeuner direz-vous ? Il préfère en profiter après le service, aux environs de 8 heures.
Sur son trajet vers Guyane la 1ère, Malick confie écouter sa radio pour « se mettre dans le bain » de l'antenne et « se conditionner » . Il en profite d'ailleurs pour réfléchir à sa première intervention, le moment fatidique où il prendra l'antenne.
2 L'ARRIVÉE À LA STATION
Il est 4 heures. Malick Catayée arrive à Guyane la 1ère. Le temps de saluer les agents de sécurité, il trouve sur place Véronique Bedz, l'une des journalistes de la matinale qui est déjà présente pour préparer la première édition de la journée.
À peine le temps de revoir le conducteur de son émission, d'affiner l'horoscope, l'éphéméride et autres avis d'obsèques qu'il lira quelques minutes plus tard à l'antenne, c'est déjà le moment d'y aller. L'heure du direct a sonné!
3 LA PRISE D'ANTENNE
Il est 5 heures. Malick Catayée lance la grande matinale de Guyane la 1ère, « le mayouri info » , le rendez-vous phare de l'antenne radio, forcément l'un des plus populaires. Le matin est à la radio ce qu'est « le prime time » du soir en télévision : une heure de grande écoute. Aux côtés de Charly Torres, de Fabrice Craig, des autres journalistes de la rédaction et des réalisateurs, c'est un petit marathon radiophonique qui est lancé.
4 LE DIRECT
À l'antenne, les séquences de l'information s'enchaînent. L'animateur n'a que quelques minutes d'intervention chaque fois qu'il prend le micro : le rythme est donc soutenu, il faut une certaine maîtrise pour cet exercice mais la passion, la convivialité et la rigueur guident toute l'équipe de la matinale.
Cependant, Malick Catayée trouve tout de même le temps d'accorder un temps d'écoute à ses auditeurs.
« On ne s'imagine pas à quel point les gens ont besoin de se confier » , affirme-t-il en expliquant combien les liens se nouent facilement avec ceux et celles qui n'hésitent pas à passer un coup de fil chaque matin pour parfois raconter des tracas personnels. Cela se passe le plus souvent hors antenne. D'ailleurs, quand les plus fidèles n'appellent pas, Malick Catayée se surprend à s'inquiéter en demandant des nouvelles de telle ou telle personne à l'antenne.
Force est de constater qu'un lien fort existe entre l'animateur de la matinale et ses auditeurs. C'est un peu la famille du matin qui se retrouve tous les jours.
5 LA VIE D'UN ANIMATEUR DE MATINALE
Lorsque l'on se réveille tous les jours « en pleine nuit » , assurément le rythme de vie est décalé.
L'animateur de Guyane la 1ère n'échappe pas à la règle, il explique se reposer entre 11 heures et 13 heures. Ce qui n'est pas toujours évident pour les proches et les amis de comprendre que l'on puisse dormir à ce moment de la journée. Sauf que sa journée, Malick Catayée l'a débutée dès 3 heures. L'après-midi, il se détend généralement devant son écran de télévision pour suivre en grand partie la vie de son club de foot favori : le Paris Saint-Germain avant de retourner à la station vers 17 heures pour préparer l'émission du lendemain, car oui : l'animation radio ne résume pas aux heures passées à l'antenne, cela se prépare aussi « derrière le micro » .
Pour être d'attaque très tôt le matin, il fait le choix d'avoir un rythme de vie très calme et se couche généralement vers 21 heures au plus tard.
Pour ce qui est de l'impact sur sa vie de famille, pas d'incidence selon lui pour l'instant puisqu'elle est dans l'Hexagone.
Trente-six ans de radio et de passion pour le foot
Âgé de 48 ans et père de six enfants, Malick Catayée connaît bien la radio. Humblement, il ne le met pas en avant mais en cherchant bien, on apprend qu'il est l'un des premiers à avoir animé en Guyane, lors de la libération des radios libres par le chef d'État de l'époque, François Mitterrand. Il sévissait alors sur Radio Tout Moun. Depuis, le petit-fils de Justin Catayée a enchaîné les expériences ici et dans l'Hexagone notamment. C'est aussi avec fierté qu'il porte le nom de ce grand homme politique guyanais, connu au niveau national, même s'il se rappelle que cet héritage n'a pas toujours été simple à vivre. Notamment à l'école où ses enseignants lui rappelaient souvent « qu'il devait briller autant que son grand-père » , se souvient-il.
Avec le micro, Malick se passionne pour le ballon rond. Rares sont désormais ceux qui ne savent que son club préféré est le Paris Saint-Germain.
Quand il était encore en poste à Radio O (groupe France Télévisions) à Malakoff il y a quelques mois, il avait même un abonnement pour assister aux rencontres de son équipe favorite.
À l'antenne, il n'est pas avare de commentaires et de taquineries avec les autres membres de l'équipe même si, dit-il, « j'évite de m'étendre sur le sujet foot, car je suis tant passionné que si je commence à en parler, il sera difficile de m'arrêter. Je pense aussi à ceux qui n'aiment pas le foot et à ce titre, je ne peux pas monopoliser l'antenne avec ce sport » .
Rudy Icaré et sa nouvelle vie « en coulisses »
Désormais en charge des programmes de la radio à Guyane la 1ère, Rudy Icaré semble avoir pris ses marques après avoir animé la matinale durant 21 ans.
L'artiste (à gauche sur la photo) reconnaît avoir découvert ou retrouvé de nouveaux plaisirs comme effectuer la rentrée scolaire avec son enfant ou tout simplement l'accompagner à l'école, ce qu'il n'avait jamais pu faire durant toutes ces années d'animations.
Cependant, il ne le cache pas : « Je ressens le besoin d'être à l'antenne. »
Rudy Icaré met visiblement bien à profit ce nouveau challenge et son expérience est mise au service des animateurs. « Avec le recul, j'écoute différemment nos programmes et je peux ajuster tel ou tel rendez-vous » , explique-t-il.
(HRE)

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire