France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

La Touk ouvre les portes du savoir à Cayenne

Mardi 11 Décembre 2018 - 03h00
La Touk ouvre les portes du savoir à Cayenne
La légende du Colibri, dernière librairie créée par Frédéric Dumas en Guyane, doit ouvrir ses portes jeudi, en inauguration de la première édition de la Touk du savoir / phot GR - Guillaume Reuge

La Touk du savoir commence jeudi soir et se termine dimanche à Cayenne. Ce rendez-vous culturel gratuit s’articule autour de rencontres et de jeux sur la littérature et la lecture.

Le constat du créateur du festival la Touk du savoir, Frédéric Dumas, est simple : « Il est de plus en plus difficile aujourd’hui de faire lire les gens. » Alors le patron des librairies Caz’A Bulles, Lettres d’Amazonie et Légende du Colibri a décidé de créer un nouveau festival ludique autour du livre et de la littérature : la Touk du savoir. Bande dessinée, littérature jeunesse ou plus classique, auteurs d’ici et d’ailleurs... Le festival s’inscrit d’emblée dans la diversité. « Les salons du livre ont souvent un thème, ce que je trouve assez restrictif », explique Frédéric Dumas qui n’a pas souhaité de hiérarchisation ni de sélection pour cette 1re édition de la Touk du savoir. Et le programme s’en ressent. Outre les rencontres et dédicaces avec les auteurs, le festival propose des projections de films, des débats sur les fonds patrimoniaux, sur les dix ans d’Une saison en Guyane ou les violences faites aux femmes avec le concours de l’association l’Arbre Fromager. « Deux auteurs congolais viennent au festival donc ce sera aussi l’occasion de sensibiliser à la mine », source de nombreux maux au Congo, ajoute Frédéric Dumas qui a également organisé un grand tournoi de jeux de plateau en lien avec la BD et de quiz culturels. Début des festivités vendredi et finale dimanche.

Réinvestir le front de mer

Nouveau festival, nouveau lieu. Toutes les animations de ces trois jours s’articulent autour de la dernière librairie du groupe, La Légende du Colibri (84, rue Schœlcher à Cayenne) dont l’inauguration est prévue jeudi à 18 heures en ouverture du festival (lire ci-contre). « C’est tout le front de mer, des Amandiers aux Chaînes brisées, qui sera occupé par le festival », précise son fondateur. Des stands seront dressés sur la plage et un kiosque, tenu par les élèves du lycée professionnel et hôtelier Melkior-Garré, assurera la restauration qui se veut locale. La plage va d’ailleurs être nettoyée mercredi à partir de 9 heures par les organisateurs du festival. Toutes les bonnes âmes qui souhaitent participer au mayouri le peuvent.

Guillaume REUGE

Vendredi, samedi (10 heures - 19 heures) et dimanche (10 heures -18 heures), à l’anse Nadau et à la librairie la Légende du Colibris, 84, rue Schœlcher à Cayenne.

Programme complet à retrouver chaque jour en page Sortir de France-Guyane, sur www.kazabul.com ou en s’inscrivant sur la liste WhatsApp de diffusion en donnant son nom et prénom au 0694 45 36 52 .

affiche concours jeux de société -
La légende du colibri ouvre ses portes

La dernière librairie du groupe de Frédéric Dumas (Caz’A bulles à Cayenne et Lettres d’Amazonie à Rémire) va être inaugurée jeudi, à 18 heures, en ouverture du festival la Touk du savoir. Installée dans une maison créole refaite à neuf, La légende du Colibri (à l’angle des rues Schœlcher et Rouget-de-l’Isle) sera dédiée à la bande dessinée et à la littérature jeunesse. Le cocktail d'inauguration est préparé et servi par les élèves de la formation hôtellerie et restauration du lycée Melkior- Garré.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
A la une
2 commentaires