France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Un court-métrage guyanais sélectionné dans deux festivals internationaux

P. R. Jeudi 13 septembre 2018
Un court-métrage guyanais sélectionné dans deux festivals internationaux
En pleine forêt, dans un carbet, un enfant qui joue à cache-cache avec son père rit aux éclats. Soudain le père s'enfuit... (Axel Cibrélus)

« Cache-cache » , le dernier court-métrage de Cédric Simoneau, a été sélectionné dans deux festivals, à Montréal et à Atlanta. Le réalisateur travaille à son premier long-métrage.

.Cédric « Lostyca » Simoneau est un de ceux qui ont démocratisé les clips de musique urbaine en Guyane. Aujourd'hui le cinéaste, diplômé d'une école, multiplie les activités. Alors qu'il travaille sur l'écriture d'une série, il est notamment le réalisateur et co-producteur de l'émission hebdomadaire Set up diffusée sur Guyane La 1ère. Lostyca, qui a trois courts-métrage et un moyen-métrage à son actif, a dans l'idée de réaliser son premier long-métrage. Mais avant de se lancer véritablement, il se « fait la main » et vient de réaliser coup sur coup deux courts-métrages : La moitié et Cache-cache.
Le premier a été récompensé par l'association française Afro-Fiction (1) qui lui a attribué le prix de la meilleure photographie lors du concours Chrono-Film. Le second vient d'être sélectionné pour deux festivals : le 14e Festival International Film Black de Montréal du 25 au 30 septembre - avec Spike Lee comme invité d'honneur - et le Urban Mediamakers Festival d'Atlanta en octobre. « Cache-cache dure moins de deux minutes, présente Cédric Simoneau. En pleine forêt, dans un carbet, un enfant qui joue à cache-cache avec son père rit aux éclats. Soudain le père s'enfuit... »
« MONTRER CE QUE JE SAIS FAIRE »
Le film met en scène l'acteur Gregory Alexander dans le rôle du père et le jeune Pharell Joseph dans celui du fils. « Travailler avec de grands acteurs te donne l'impression que tout est facile alors qu'il y a des heures de pratique derrière, commente-t-il. Et Pharell, qui est le fils du rappeur Shizu, a été super, même dans les scènes difficiles » .
Aujourd'hui Lostyca aimerait pouvoir se rendre à Montréal pour y défendre son court-métrage et y représenter la Guyane. Il va solliciter la Collectivité territoriale en ce sens. « La clef c'est de rencontrer du monde, surtout dans le cinéma » , continue-t-il. Se rendre à Montréal pour le réalisateur serait bien sûr l'occasion de « montrer ce qu['il] sait faire » : « Être sélectionné à ces deux festivals me donne de la motivation pour faire d'autres courts-métrages et réussir à faire mon premier long-métrage. » « J'ai un scénario, j'y pense depuis six ans, je voudrais raconter une histoire de chez nous qui parle à tout le monde » .
(1) association qui réunie réalisateurs, producteurs afro-descendants
FlMOGRAPHIE
- Mascarade 2005
- Guyana Blood Sorti en 2011
- La moitié 2017
- Cache-cache 2017

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Paassy 13.09.2018
Talent Afro reconnu ?

Surpris de voir qu'il existe des associations et festivals réservés aux noirs, et qu'en plus on se félicite qu'un Guyanais soit reconnu dans cet apartheid médiatique inversé, non pas en tant que Guyanais, mais surtout en tant qu'Afro-descendant. A quoi ça sert de se battre contre le racisme si l'on édifie les mêmes barrières raciales que l'on s'est échiné à détruire ?

Répondre Signaler au modérateur