France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
MUSIQUE

Une grande dame s’en va

Samedi 20 avril 2019
Une grande dame s’en va
MARIE FELIX Zimaj Peyi Guyane - DR

Les obsèques de Marie Félix seront célébrées aujourd’hui à 15 heures, à l’église des Âmes-Claires de Rémire-Montjoly. La présidente et cofondatrice des chœurs Henri & Marie, est décédée mercredi des suites d’une rupture d’anévrisme. Elle aurait eu 69 ans le 21 mai. Le monde culturel guyanais lui rend hommage.

C’est une année terrible pour la famille Félix. Après le décès d’Henri en mai 2018, à 70 ans, et celui de Diane en octobre, à 40 ans, c’est au tour de Marie, potomitan des chœurs Henri & Marie, de nous quitter. Elle avait fondé avec son époux le premier chœur laïque de Guyane, en 1978. Chœur qui aura marqué plusieurs générations de chanteurs. Quatre générations de Guyanais se souviennent des concerts de l’ensemble, par le nombre de chanteurs passés dans ses rangs, par l’oratorio Souviens-toi, sorti en 2002 et que beaucoup fredonnent, ou par l’émission radio de musique classique, tenue par le couple sur RFO dans les années 1990.

Le chant en héritage

Le chœur réunissait au départ les collègues et les élèves de ses fondateurs. Puis il s’est élargi au-delà des grilles du collège. Pour Rodolphe Alexandre, président de la Collectivité territoriale : « Marie Félix était une pièce maîtresse, un pilier de cet ensemble ». Issue d’une famille d’enseignants, Marie Félix fut par ailleurs la première conseillère pédagogique en enseignement musical en Guyane. « Son engagement pour la musique ne fléchira jamais », lui rendait hommage hier le sénateur Antoine Karam. « Une grande dame de la culture et de la musique guyanaise s’en est allée, une page de notre histoire vient d’être tournée », a de son côté réagit David Riché, président de l’association des maires.

Les enfants du couple perpétuent l’héritage familial, après le décès de Diane : Christel, Nadine, Nancy et Loïc. Ce dernier, le seul garçon de la fratrie, est un ténor respecté, passé par le chœur de ses parents puis les Petits chanteurs à la croix de bois, et qui vit aujourd’hui du chant. En cela, l’œuvre d’Henri et Marie Félix, résonnera longtemps en Guyane.

Pierre ROSSOVICH

Marie Félix - dr

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
Une

« Quand on a un langage franc, on vous écoute »

Propos recueillis par Pierre Rossovich / Photo Katheryn Vulpillat - Mercredi 22 mai 2019

Pourquoi selon vous, avez-vous été mis à l’honneur ? Depuis mon arrivée en Guyane...

1 commentaire