France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Connaissez-vous les avions-taxis ?

P. R. Jeudi 12 juillet 2018
Connaissez-vous les avions-taxis ?
Le bimoteur que la société exploite (DR)

Plusieurs sociétés de transport aérien existent en Guyane. Une nouvelle vient de se lancer, nommée Amazon'air services.

1. QUI EST-CE ?
La société de transport aérien Amazon'air services est une nouvelle venue parmi les trois autres existantes du même type en Guyane : TAG, Air Frégate et la société Othily. Celles-ci ne sont pas à proprement parler des compagnies aériennes. « Une compagnie aérienne gère l'ensemble du vol : mise à disposition de l'appareil, de l'équipage et toutes les formalités inhérentes au vol » , explique Éric Mallocher, président d'Amazon'air et pilote d'hélicoptère depuis 31 ans. Pour obtenir le statut de compagnie aérienne, il faut un certificat de transporteur aérien. Pour Amazon'air, on parle ainsi de « société de location d'avion en coque nue » : « On met a disposition du client un appareil et il trouve un pilote. Il y en a deux en Guyane » , poursuit Éric Mallocher. Le but d'Amazon'air étant de devenir compagnie aérienne dans six à huit mois.
2. QUEL AVION ?
Un bimoteur partenavia P68. La forêt amazonienne - et donc guyanaise - est classée par l'aviation civile internationale comme une « zone hostile inhabitée » , où la mise en place des secours ne garantie pas la sécurité des passagers. Les bimoteurs y donc obligatoires par sécurité. « Si un moteur tombe en panne, avec le restant on est capable de revenir sur une piste pour se poser » , détaille Éric Mallocher. « Survoler la forêt amazonienne est aussi dangereux que de survoler l'Atlantique » . Le bimoteur contient cinq places plus le pilote.
3. POUR QUI ?
Pour voyager sur Amazon'air il vous en coûtera 650 euros l'heure de vol. Le coeur de cible est donc clairement les entreprises, pour du transport de personnes ou de matériels sur les communes de l'ouest et de l'intérieur mais également les pistes sommaires qu'utilisent les exploitants miniers. En dehors du transport, les sociétés aériennes font également du « travail aérien » . Comprenez de la surveillance du territoire, des pêches... Des missions commandées généralement par l'Office national des forêts, la Deal, la gendarmerie etc.
4. POUR ALLER OÙ ?
'Les destinations de l'Ouest et de l'inté- rieur sont les plus demandées : Maripasoula, Camopi, Saül, Saint-Laurent, Grand-Santi... Le bimoteur peut également dépasser les frontières. « Nos destinations optimales sont Paramaribo et Macapa, répond Éric Mallocher. On peut faire aussi Georgetown, Belem. » Le bimoteur ayant six heures de vol d'autonomie.
De gauche à droite : Federico Consolazione, directeur général d'Amazon'Air Services ; Katia Penault, directrice générale ; Eric Mallocher, président -

Contact : contact@amazonairservices.com.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Tambou 13.07.2018
Bravo

Super initiative. Faudrait aussi aller à Macapa paramaribo ...

Répondre Signaler au modérateur