France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Des soldes qui dépassent rarement 30  %

Lundi 14 Janvier 2019 - 03h00
Des soldes qui dépassent rarement 30  %
La fin des soldes est programmée le 12 février - LOIC VENANCE (AFP)

Les soldes ont été lancés depuis plus d’une semaine en Guyane mais ont vraiment débuté ce samedi. La saisonnalité et les frais d’approches contribuent aux taux promotionnels restreints pratiqués dans le secteur du vêtement et de la chaussure.

Alors que certaines régions, comme la Martinique, ont choisi de décaler le démarrage des soldes au 9 janvier, en Guyane, ils ont été lancés, quasi-incognito, le 2 janvier. Il aura donc fallu attendre sept jours pour voir l’affluence habituelle revenir dans les magasins alors que la période de soldes passe de cinq à quatre semaines cette année. «  Un démarrage au 2, au sortir d’une période de consommation comme Noël et le nouvel an, ce n’est pas bon », précise le propriétaire des boutiques Festivals, Sport 2000 et We are select, Michel Chaya. Dans ses magasins, l’affluence augmente généralement de 20 à 30  % les mercredis et samedis de soldes. « On fait plus de clients, mais le panier moyen est plus bas et en solde donc on fait moins de chiffre d’affaires. » Pour autant, on observe que dans les boutiques de vêtements et de chaussures, rares sont pour l’instant les articles à dépasser 30  % de réduction et les choix sont restreints.

L’impact de la saisonnalité sur les soldes

Pour justifier la différence entre les taux pratiqués avec l’Hexagone, Michel Chaya, invoque les frais d’approche et la saisonnalité. « Quand on vend des produits au prix métropole on a une marge de 40  % en moyenne… et dans l’Hexagone, quand on fait les soldes, on passe d’une saison à une autre alors qu’ici on ne change pas de saison. On vend des produits d’été du 1er au 31 décembre donc c’est plus orienté sur la liquidation des fins de collections. » Entre les différentes gammes de vêtements, on observe aussi des stratégies de vente différentes durant la période des soldes. «  Contrairement à des produits de marques, on a en effet peu de différence de prix sur les produits premier prix entre une période normale et les soldes », confirme Michel Chaya.

La fin des soldes est programmée le 12 février et le début de la dernière démarque, qui permet d’avoir des prix plus intéressants mais avec des choix plus restreints encore, généralement à partir des dix derniers jours. Cette année, un changement dans la seconde période de soldes est à envisager car l’an passé, certains commerçants ont déposé une demande en ce sens. « Les soldes du mois d’octobre ne correspondent plus à rien en Guyane, nous voudrions qu’elles soient décalées fin juin, comme dans l’Hexagone, juste avant que les gens partent en vacances  », conclut Michel Chaya.

Angélique GROS

Michel Chaya -

Raïssa,16 ans« C’est nul »

« C’est nul, ça n’a rien à voir avec Paris. Ça descend quasiment jamais plus bas que 30  %

et il n’y a pas vraiment de choix.

Il y a en fait très peu de produits soldés. »

MT Solde -
Rita,36 ans et son fils« J’achète plus sur internet »

« Les soldes ne sont pas intéressantes. On n’a acheté qu’un article et en plus il n’est pas soldé. De toute manière, moi j’achète plus sur internet,

c’est bien plus rentable… »

Soldes MT -

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
2 commentaires