France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Tourisme

« Il faut communiquer sur le produit Guyane »

Lundi 01 juillet 2019
« Il faut communiquer sur le produit Guyane »
Jean-Luk Le West, président de l’Union syndicale des opérateurs touristiques de Guyane - Michel Le Tallec

Comment bien « vendre » la Guyane au niveau touristique, c’était l’objet du café-débat organisé par l’Institut Gaston-Monnerville, samedi matin à Cayenne.Jean-Luk Le West, président de l’Union syndicale des opérateurs touristiques, livre quelques pistes de réflexion.

À l’invitation de l’Institut Gaston-Monnerville*, un café-débat a réuni samedi matin une trentaine d’opérateurs touristiques, sur le thème : le tourisme, vecteur de développement pour la Guyane ? Une interrogation à laquelle Jean-Luk Le West, président de l’Union syndicale des opérateurs touristiques (47 entreprises adhérentes, entre 500 à 600 salariés) a essayé de répondre.

À la rentée, une licence professionnelle de tourisme à l’université

Après un bilan statistique, il a proposé des pistes de réflexion. « Nous avons trois axes de travail. Structurer la filière, en référençant au mieux nos produits ; bien évidemment en faire la promotion ; et, dernier volet, développer les offres de formation. À ce titre, je suis heureux d’annoncer que l’Université de Guyane va mettre en place, à la rentrée, une licence professionnelle axée sur le tourisme. »

Le secteur est susceptible de se développer rapidement, selon Jean-Luk Le West, qui déplore néanmoins les difficultés en matière de recrutement. « Près de 19 % des postes offerts ne trouvent pas preneur. » Mais, selon lui, il convient aussi de faire bloc pour faire avancer le dossier tourisme en Guyane. « Il ne faut pas partir en ordre dispersé. À ce propos, je salue le rapprochement récent des opérateurs miniers et de la Compagnie des guides. Faire progresser notre cause, c’est avant tout une affaire politique, sociétale, et non économique. »

À ce titre, Jean-Luk Le West regrette que son organisation n’ait pas été associée à une récente initiative patronale de rapprochement avec l’état brésilien voisin de l’Amapa. « C’est dommage, car il faut absolument parler et communiquer sur le produit Guyane. »

Michel LE TALLEC

* : fondé en 2017, de structure associative, ce cercle de réflexion a pour objet de proposer des pistes sur des thèmes touchant au territoire, en organisant régulièrement des cafés-débats. Prochains sujets : l’orpaillage fin septembre, les infrastructures portuaires courant décembre.

Qui sont les touristes ?

72 % viennent de l’Hexagone.

Ils restent 10,6 jours et dépensent 1 528 euros en moyenne.

70 % d’entre eux voyagent seuls.

43 % ont entre 41 et 60 ans.

75 % des activités pratiquées concernent le nautisme et le sport

Source  : Union syndicale des opérateurs touristiques de Guyane, enquête réalisée entre le 10 avril 2015 et le 31 mars 2018, échantillon 4 800 personnes.

Jean-Luk Le West, président de l’Union syndicale des opérateurs touristiques de Guyane / photo MLT

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
9 commentaires
A la une