France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
interview

« Il y a un déficit de cadres formés en Guyane »

Jeudi 11 avril 2019
« Il y a un déficit de cadres formés en Guyane »
Joël Francillonne est président de la Commission formation, promotion sociale et emploi de la Chambre de commerce et de l'industrie (CCI) de Guyane. - Gabrielle Trottmann

En pleine réforme de la formation professionnelle, Joël Francillonne, président de la commission formation, promotion sociale et emploi de la chambre de commerce et de l’industrie (CCI), fait le point sur ce qui va changer à la rentrée prochaine.

Que fait la CCI pour promouvoir la formation en Guyane ?

Il y a un déficit de cadres formés en Guyane. Les délais de recrutement sont énormes, ce qui pose d’énormes problèmes d’organisation à nos entreprises. La présidente de la CCI Carine Sinaï Bossou a donc choisi de renforcer la formation pendant son mandat. à l’heure actuelle, notre Centre de formation des apprentis (CFA) accueille 234 élèves. Mais il faut multiplier les lieux de formation sur le territoire : notre CFA à Saint-Laurent-du-Maroni va donc prendre une nouvelle dimension à la rentrée prochaine, il s’agira désormais d’un centre de formation interconsulaire regroupant les services de la CCI et de la chambre de métiers, sur le modèle de notre CFA à Cayenne.

Quelles sont vos autres perspectives pour la rentrée prochaine ?

Nous sommes en négociation afin d’ouvrir une branche de l’école des hautes études commerciales, HEC, (nldr, l’école de commerce la plus cotée de France) en formation professionnelle continue en Guyane d’ici la rentrée prochaine. Nous espérons également pouvoir ouvrir une école dédiée à l’apprentissage du numérique pour septembre 2019.

Qu’est-ce que la réforme de la formation professionnelle va changer sur notreterritoire ?

Il fallait réformer le système de la formation. Mais nous avons des inquiétudes concernant la mise en œuvre de la loi dans notre département. Jusqu’à présent, nous disposions d’une enveloppe globale pour assurer la formation. Désormais, elle sera financée au cas par cas, en fonction des contrats décrochés par nos apprentis. Cela compromet la survie de certains Centre de formation des apprentis en Guyane. Par ailleurs, les conditions permettant d’ouvrir un centre de formation seront désormais beaucoup plus souples. Ce qui n’est pas sans risques sur un territoire doté d’un marché restreint comme le notre.

Propos recueillis par G. T.

Joël Francillonne est président de la Commission formation, promotion sociale et emploi de la Chambre de commerce et de l'industrie (CCI) de Guyane. - Gabrielle Trottmann

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

g6d 12.04.2019
Il y a également

Un déficit de Guyanais formés en Métropole qui reviennent en Guyane !

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 12.04.2019

Diable et pourquoi ne reviennent-ils pas ? Ils ont peut-être compris que le travail est incompatible avec certaines mentalités locales...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
A la une
3 commentaires