France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Le Suriname mise sur les visas et cartes touristiques électroniques

Mardi 19 Mars 2019 - 11h18
Le Suriname mise sur les visas et cartes touristiques électroniques
La banque centrale du Suriname au Waterkant, à Paramaribo (RVH)

Fini le papier ? Les voyageurs pourront bientôt réclamer et payer leur visa ou carte touristique en ligne pour se rendre au Suriname.

Alors que le Suriname vient de suspendre la coopération transfrontalière avec la Guyane et donc la France (notre dossier dans une prochaine édition), le pays veut simplifier les processus de demande des visas et cartes touristiques. Le gouvernement a ainsi passé un accord avec VFS, société spécialiste des services technologiques pour les gouvernements, pour développer un portail en ligne permettant de demander les précieux sésames.

En attendant la mise en place du service en ligne, il convient toujours de s’adresser au consulat général du Suriname à Cayenne pour obtenir un visa ou une carte touristique. Cette dernière permettant aux ressortissants français d’effectuer un seul séjour, d’une durée maximale de 90 jours, sur le territoire surinamais. Elle doit être accompagnée d’un passeport valide au moins 6 mois après l’entrée au Suriname.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

alfredo 20.03.2019
Bien mais qu'elle faillite amène à la rupture de la coopération !?

Il est clair que les représentants guyanais doivent aborder différemment la question de la coopération...non seulement les lois Letchimy nous y aideraient mais leur application est nulle ici, mais de plus relevons 2 attitudes pénalisants. La première est le pilotage et l'implantation( doit-on dire le confinement ?) des annexes de la CCIG au sein des Ambassades et Condulats de France au Suriname et Brésil... désolé il faut rayonner de façon autonome dans les cercles économiques là-bas bas car les ambassadeurs défendant les intérêts de la France, ne traitent pas la particularité de la Guyane. Enfin, l'exécutif de la CTG, n'a jamais fait( hors une brève thématique à peine à Macapa avant 2015), de mission propre d''envergure au Brésil e au Suriname.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une
1 commentaire