France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Total : « Il reste encore deux étapes »

Propos recueillis par Angélique GROS Vendredi 26 octobre 2018
Total : « Il reste encore deux étapes »
Patrice Faure, préfet de Guyane.

Après la signature mardi de l'arrêté préfectoral autorisant Total EP Guyane à réaliser cinq forages d'exploration pétrolière, le préfet de Guyane, Patrice Faure, son secrétaire général, Yves de Roquefeuil, et le directeur de la Direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement, Raynald Vallée, répondent à nos questions.

Votre décision d'autoriser le permis d'exploration Total est en complète contradiction avec les Accords de Paris et la loi Hulot...
Patrice Faure : « Ça peut paraître anachronique au regard de la loi Hulot mais il faut rappeler que Total détient un permis de recherche exclusif depuis 2001, qui a été prorogé en 2007 puis 2011. C'est ce permis exclusif qui a permis de poursuivre le processus administratif instruit à la fois par la Deal et le Conseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques (Coderst). La loi est qu'il y a eu des droits acquis, et qu'aujourd'hui nous sommes sur la phase finale de ce que sera effectivement la dernière prospection d'hydrocarbure en France. »
L'instruction du dossier n'est pas tout à fait terminée. Quelles seront les prochaines étapes ?
Raynald Vallée : « Le pétitionnaire doit encore fournir des documents complémentaires dont le programme de travaux et le plan d'urgence qui vise à fixer une procédure s'il y a un problème. Il restera ensuite deux étapes : la saisine de l'Ifremer et du préfet maritime. (...)
Il apparaît comme impossible que Total commence les travaux avant décembre. »
Quelles observations ont été émises lors du Coderst qui a validé le projet de Total ?
Yves de Roquefeuil, secrétaire général de la préfecture de Guyane
Yves de Roquefeuil : « Les observations ont concerné le risque de marée noire et les mesures de suivi pour la faune et la flore dans l'environnement du forage. Sur la question de la marée noire, une procédure renforcée a été mise en place après le grave accident qui s'est produit dans le golf du Mexique. [...]
Sur la partie faune et flore il y a tout un dispositif lumineux et acoustique qui est prévu et un suivi environnemental. »
Au vu des résultats défavorables de l'enquête publique pourquoi ne pas avoir fait de débat public ?
Le directeur de la Direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement, Raynald Vallée
Raynald Vallée : « Les éléments d'analyse montraient en l'occurrence qu'il n'y avait pas besoin d'un débat mais d'une enquête publique et on a respecté l'ensemble de ces étapes. »
Dans ce dossier, il y a une échéance au 31 mai...
Raynald Vallée :
« Oui, si au 31 mai il n'y a pas eu de découverte, les droits tombent et il n'y aura plus rien. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
23 commentaires

Vos commentaires

kiki973 27.10.2018
Défendre la Guyane

Avant la protection de la faune et de la flore, les gens sensés entendent protéger notre jeunesse de Guyane avec plus de formation, plus d'opportunité de trouver du travail. Cela ne signifie pas que nous allons détruire notre environnement Mais en optant pour des entreprises responsables et avec l'autorité de notre administration, il sera possible d'exiger des entreprises bénéficiaires des concessions minières, pétrolières l'embauche et la formation de nos jeunes. Il sera aussi possible d'exiger le respect des dispositions respectant l'environnement.
On ne va pas exiger des artisans miniers-garinperos qu'ils respectent la loi. Ils vont nous dire qu'une Guyane indépendante pourra s'organiser avec les mafieux qui règnent sur l'Amapa et le Surinam.

Répondre Signaler au modérateur
xxl 26.10.2018
COLONISATEURS COUILLONNEURS

Mes chers guyanais, ils savent ou trouver le pétrole l'or noir est la, c'est leurs magouilles, il n'est nullement nécessaire de faire du forage, tout ce fait par infra rouge satellite woldview3 ou par drone.

Répondre Signaler au modérateur
antcorp 27.10.2018
le complot colonnialist lol

monsieur xxl vous êtes surement un expert en prospection de pétrole! dans ce cas je vous invite a contacté les méchants colons envahisseurs pour leurs expliquer comment on fait avec vos méthodes révolutionnaire

Répondre Signaler au modérateur
xxl 26.10.2018
COLONISATEURS COUILLONNEURS

Mes chers guyanais, ils savent ou trouver le pétrole l'or noir est la, c'est leurs magouilles, il n'est nullement nécessaire de faire du forage, tout ce fait par infra rouge satellite woldview3 ou par drone.

Répondre Signaler au modérateur
xxl 26.10.2018
COLONISATEURS COUILLONNEURS

Mes chers guyanais, ils savent ou trouver le pétrole l'or noir est la, c'est leurs magouilles, il n'est nullement nécessaire de faire du forage, tout ce fait par infra rouge satellite woldview3 ou par drone.

Répondre Signaler au modérateur
Affreux Jojo 27.10.2018

Faux.

Répondre Signaler au modérateur
xxl 26.10.2018
COLONISATEURS COUILLONNEURS

Mes chers guyanais, ils savent ou trouver le pétrole l'or noir est la, c'est leurs magouilles, il n'est nullement nécessaire de faire du forage, tout ce fait par infra rouge satellite woldview3 ou par drone.

Répondre Signaler au modérateur
joko973 26.10.2018

"Sur la question de la marée noire, une procédure renforcée a été mise en place après le grave accident qui s'est produit dans le golf du Mexique. [...]
Sur la partie faune et flore il y a tout un dispositif lumineux et acoustique qui est prévu et un suivi environnemental." Avec quels moyens ? humains, matériels, financiers ? combien de bateaux, de pompiers marins ? Le suivi environnemental des dégâts occasionnés par les garimpeiros, il est où ? ça ressemble beaucoup à des paroles en l'air...

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 26.10.2018

"si au 31 mai il n'y a pas eu de découverte, les droits tombent et il n'y aura plus rien"
Faux.
Déjà depuis la loi Hulot il n'y a plus rien. Et il y en a encore et il y en aura toujours. Tant que la Guyane demeure un territoire à piller à bon compte ce qu'elle est en réalité, les lois soi-disant nationales seront toujours "adaptées" dans son cas, à savoir non appliquées.
Resteront les lois oppressives scrupuleusement mises en oeuvre pour faire semblant d'ordre et pour garantir la prise.
Ces têtes...

Répondre Signaler au modérateur
g6d 26.10.2018
pillage

Qu'est ce qu'il y a à piller en Guyane?
Par qui?

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 26.10.2018

Pillage de tout effort et de tout ce qui bouge, et l'emplacement pour le lanceur.
Pillage du passé, du présent et de l'avenir de la Guyane.
Que ce pillage reste financièrement non rentable à cause de l'incompétence des pilleurs, c'est une autre chose.

Répondre Signaler au modérateur
g6d 27.10.2018
pillage?

Sans l'apport financier de la Métropole, sans les cadres non guyanais qui travaillent ici, comment le pays tournerait-il?

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 27.10.2018

Toujours la même rengaine : que l'apport financier de la Métropole, que les cadres non guyanais qui travaillent ici...
Merci toutefois pour la reconnaissance de la non-guyanité, ça nous change l'hypocrisie de "tous guyanais".

Comment le pays tournerait-il ? Comme il pourrait, selon ses capacités. Sûrement très difficilement avec les résultats de cette colonisation, mais sans le rabaissement de cet humiliant assistanat imposé. Vous garderiez vos précieux cadres et votre précieux argent.
En échange, imaginons un bail de près d'un milliard d'Euros annuels pour la location du site du CSG...

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 26.10.2018
g6d

N'oublions pas le pillage gratuit de la nature, ce qui s'appelle destruction : mine d'or en pleine forêt, forage au large...
Vous suivez un peu l'actualité ?
Tout cela n'est que du pillage. Pillage stupide et criminel, sans aucun retour. Des crachats au figure de la Guyane et de ses habitants.

Répondre Signaler au modérateur
KreolSI 26.10.2018

Attendez de voir ce que Bolsonaro va faire dans le pays voisin, et on reparlera du "pillage de la nature" :-p

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 26.10.2018

Le cas du Brésil ne relativise pas et n'excuse pas.

Répondre Signaler au modérateur
jml973 26.10.2018
Mensonge : encore et toujours

N'oubliez vous pas de dire que l'Etat français a toujours repoussé autant qu'il le pouvait l'autorisation de forer depuis 2009 et que c'est suite à la longue procédure de la Collectivité territoriale de Guyane que la prorogation du permis de Total a été possible. D'ailleurs c'est encore la CTG qui a prorogé ce même permis en 2016 puisque c'est une de ses compétences à présent. Mais vous et vos amis anticolonialistes étaient les premiers à dénoncer ces reports de'autorisation de forage de l'Etat. Alors maintenant que Total a obtenu cette autorisation, vous changez d'avis ? Les indépendantistes Guyanais ? De vraies girouettes !

Répondre Signaler au modérateur
jml973 26.10.2018
Mensonge : encore et toujours

N'oubliez vous pas de dire que l'Etat français a toujours repoussé autant qu'il le pouvait l'autorisation de forer depuis 2009 et que c'est suite à la longue procédure de la Collectivité territoriale de Guyane que la prorogation du permis de Total a été possible. D'ailleurs c'est encore la CTG qui a prorogé ce même permis en 2016 puisque c'est une de ses compétences à présent. Mais vous et vos amis anticolonialistes étaient les premiers à dénoncer ces reports de'autorisation de forage de l'Etat. Alors maintenant que Total a obtenu cette autorisation, vous changez d'avis ? Les indépendantistes Guyanais ? De vraies girouettes !

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 26.10.2018

Et vous, n'oubliez pas que l'Etat français a toujours repoussé autant qu'il le pouvait le moindre début de développement économique de la Guyane, ce qui fait qu'actuellement les idiots aux services (CTG et Etat ) avancent le pétrole et la mine d'or comme la solution miracle.
La loi Hulot aurait suffi à enterrer le forage en Guyane AUSSI, seulement, une armée de fonctionnaires et politiques hexagonaux AUSSI œuvrent depuis l'adoption de la loi Hulot à fabriquer décrets et ordonnances pour la contourner en Guyane.
La corruption guyanaise n'explique pas tout, loin s'en faut.
Vous êtes malhonnêtes à dire que j'ai dénoncé les prétendus reports d'autorisation des forages. Trouvez un seul de mes billets où j'aurais réclamé forages ou mines.

Et la mine d'or, qui la pousse en haut lieu ? La CTG serait incapable à la mettre en œuvre sans le concours actif de l'Etat qui tire toutes les ficelles.

Répondre Signaler au modérateur
jml973 27.10.2018

C'est évident. L'Etat est responsable de la Montagne d'Or ! Nicolas Hulot, ministre de la transistion énergétique, s'est régulièrement positionné contre ce projet. De même que son successeur, François De Rugy, qui demande à la société minière de revoir complètement son dossier. On peut y ajouter toutes les associations environnementales (et donc taxer de vouloir mettre la Guyane sous cloche par nos indépendantistes régionaux) et la majorité de la population française qui veut préserver la forêt amazonienne. Reste Macron, qui fidèle à son biais pro-finance, favorise cette mine d'or envers et contre tout car ce projet doit servir quelques uns de ses amis dans cette industrie. Mais on ne peut pas dire que tout le monde s'oppose à cette mine industrielle en Guyane. Quelques exemples ? Rodolphe Alexandre (le président de la CTG), Léon Bertrand (parce que soit disant, ça va donner un job à tous les jeunes de Saint-Laurent), Gauthier Horth que l'on a pourtant beaucoup vu pendant les mouvements sociaux de 2017 et qui est à la tête du lobby pro-mines, Léon Bruné, le parton des Républicains qui a même créé son petit club des amis de la mine.

Répondre Signaler au modérateur
joko973 27.10.2018

L'orpaillage existe depuis des siècles. Il a enrichi la Guyane ? non, quelques Guyanais, les états voisins, quelques entreprises nationales ou multinationales. Si l'état est responsable de tout, vous semblez oublier que l'état c'est nous. Avec tout ça, nous avons bonne mine...

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 27.10.2018

Je me suis déjà répété et je vous le redis si ça vous fait envie : oui, trop d'élus guyanais sont indignes pour leurs fonctions. Idiots ou corrompus ou les deux, ce qui ne change rien à l'évidence : la mine n'est possible que parce que le gvt l'autorise et la pousse. Parce qu'ils n'ont aucune idée que faire avec la Guyane...
Oui, Macron en premier et l'administration derrière. Ou l'inverse. Hulot s'en est allé à cause de cela. A présent Rugy lève le pieds prudemment, pour le compte de Macron. Au cas où la protestation soit trop forte... Mais le golem administatif sans cerveau est lancé. Regardez leurs têtes.

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 28.10.2018

Et qui votent pour ces élus indignes déjà ? Le vilain état colonial ?

Répondre Signaler au modérateur
L'info en continu
1/3