France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

De grands projets pour ces nouveaux bacheliers

Samedi 20 Juillet 2019 - 03h05
De grands projets pour ces nouveaux bacheliers
lionel-assard - hespels

Mardi 16 juillet, la CTG honorait les jeunes bacheliers qui étaient invités à recevoir leur prix de 600 euros, à l’ENCRE, à Cayenne. Le président de la CTG et le Recteur de l’académie de Guyane les ont chaleureusement félicités. Beaucoup d’entre eux souhaitent poursuivre leurs études soit en Guyane soit hors du territoire. Certains souhaitent exercer des métiers nécessitant de longues études et tous sont animés d’un profond désir de réussir. Avocat, médecin, ingénieur, astrophysicien, voilà quelques-uns des métiers que ces jeunes voudraient exercer. Serge RAVIN

.

« Je suis lauréat de Sciences Po »

« J’étais en filière scientifique et en section internationale américaine. J’ai obtenu mon baccalauréat scientifique option internationale américaine, spécialité SVT. J’ai été récompensé pour être lauréat de Sciences Po. J’intègre le campus de Reims avec le programme Amérique du Nord. La voie du journalisme m’intéresse mais je ne ferme aucune porte. Je sais qu’il y aura beaucoup de possibilités. Ce que je souhaite, c’est être acteur de la société guyanaise et c’est ce que je compte faire. »

lionel-assard - hespels
« J’ai eu mention très bien »

«  J’ai eu un prix d’excellence par la CTG. J’ai fais un bac S et j’ai eu mention très bien. J’étais en classe internationale pendant deux ans durant ma seconde et ma première et j’ai fait une terminale S. Je compte intégrer la PACES à l’université de Guyane et poursuivre en Guadeloupe ou en métropole pour suivre la filière dentaire, orthodontiste ou cardiologie. Ça dépendra de mes résultats futurs . »

heloise-boyer - hespels
« Je suis la major ex æquo de ma promotion »

«  J’ai obtenu le bac avec la mention très bien. Avec 19,13 de moyenne. Je suis la major ex æquo de ma promotion. Le prix de 600 euros attribué par la CTG va m’aider car il y aura beaucoup de frais à engager. Je vais m’inscrire à la fac de droit à Assas à Paris. Il va falloir trouver le logement, payer mon entrée en licence et plein d’autres dépenses.

J’aurai aimé, à l’issue de mon master double, passer l’examen du barreau et devenir avocate en droit international privé. C’est ma mère qui m’a insufflée cette passion du droit car elle a fait du droit dans sa jeunesse . »

Neissa Dorival - hespels
« J’aimerais être astrophysicienne »

«  J’ai obtenu un bac scientifique. Je suis major ex æquo de l’établissement avec 19,13 de moyenne. Je suis très contente. C’est l’aboutissement de beaucoup d’efforts depuis de longues années. J’aimerais être astrophysicienne. Dans cette optique, l’année prochaine je poursuis en double licence mathématique-physique à l’université Paris sud. »

estelle-salibur - hespels
« Pouvoir revenir en Guyane »

«  La CTG nous a récompensés avec un chèque de 600 euros. Ce sera très utile l’année prochaine pour les études supérieures. A la rentrée de septembre j’intègre l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon. Je souhaite faire un double cursus, architecture et ingénieur et me spécialiser dans tout ce qui est environnement, énergie renouvelable pour pouvoir revenir en Guyane et, par la suite, exploiter les particularités du territoire guyanais. »

jennifer-fatimane - hespels
« Qu’ils reviennent enrichir leur pays »

«  La Guyane a besoin de toutes ses compétences. Elle a besoin de tous ses enfants. Elle a besoin des compétences qui touchent à la littérature, des compétences qui touchent à l’économie, des compétences qui touchent au secteur scientifique, des compétences professionnelles. On oublie souvent que les gens qui ont des qualifications professionnelles sont tout de suite opérationnels. Ils sont très concrets. On bâtit une société avec toutes ces personnes-là. Toutes ces intelligences-là doivent être mises au service de la Guyane. Ce que je souhaite, c’est qu’ils reviennent enrichir leur pays et, si jamais ils ont envie de partir, si la vie les emmène ailleurs, qu’ils se rendent compte qu’ils restent une diaspora et qu'ils ont à des choses à amener à la Guyane . »

audrey-marie - hespels
Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une