France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Macouria

L’autisme expliqué aux enfants

Vendredi 05 avril 2019
L’autisme expliqué aux enfants
Fondatrice et présidente de l’association Herbe (Handi espace répit bien-être), Madeleine de Rochambeau explique aux petits élèves de CP-CE1, de l’école de la ZAC de Soula, comment va se dérouler la séance. En présence des ambassadeurs (au fond en bleu), d’Anna Galot Feurival, coordonnatrice du projet (debout en blanc) et des institutrices. - Michel Le Tallec

Sensibiliser les plus jeunes à ce qu’est l’autisme, c’est l’objectif d’une opération menée conjointement par des collégiens de Antoine-Sylvère-Félix, leur professeur, l’association Herbe et des écoles primaires de Macouria.

C’est l’histoire d’un petit garçon, prénommé Tom, qui a beaucoup de mal à supporter le bruit, met beaucoup de temps s’habiller et a horreur d’être bousculé. Il lui est aussi très difficile de faire deux choses en même temps. En revanche, c’est un génie des mathématiques et de l’astronomie. Et dès qu’il se retrouve dans une piscine ou un plan d’eau, il prend visiblement un grand plaisir à barboter, un grand sourire aux lèvres. C’est l’histoire de Tom, donc, un petit garçon autiste mais c’est aussi le titre du court dessin animé présenté hier matin à l’école de la ZAC de Soula, à Macouria, à des élèves de CP et de CE1, dans le cadre d’une action de sensibilisation à l’autisme.

Mieux les connaître

« Les personnes autistes sont souvent exclues de la société, car on s’en méfie, on ne sait pas trop ce qu’elles sont, confie Marlène de Rochambeau, présidente et fondatrice de l’association Herbe (Handi espace répit bien-être), créée en octobre 2018. Or elles ont tout à fait la capacité de prendre une part active à la vie de la société. Il suffit de mieux les connaître. Pour faire tomber ces barrières, nous avons eu l’idée de mener des actions en direction des plus jeunes. » Pour mener à bien sa mission, l’association Herbe s’est associée avec des collégiens d’Antoine-Sylvère-Félix de Soula, qui jouent le rôle d’ambassadeurs auprès des élèves. « Leur rôle : expliquer à des enfants, en langage simple, ce qu’est l’autisme », précise Achille Takpa, professeur d’éducation physique et sportive, qui a accompagné les collégiens lors de leur formation. Une formation et un engagement qui a suscité des vocations : « Lorsque l’opération a été lancée, il y a un mois, nous avions 25 volontaires. Aujourd’hui, j’en compte près de trois fois plus. »

Un panel élargi qui devrait permettre de toucher un maximum d’écoles, à Soula, bien sûr, mais aussi à Tonate, puisque, pour l’heure, l’opération a surtout lieu à Macouria. « Mais nous sommes susceptibles d’investir d’autres communes à l’avenir », annonce Marlène de Rochambeau.

« Alors, lance une institutrice à l’issue de la séance, Tom, il est pareil que nous ou différent ? » Les réponses fusent : « Pareil, il va à l’école et il sait bien nager », répond ce petit garçon. « Différent, il est très fort en calcul, ce n’est pas comme moi », rétorque la petite fille ses côtés. Pareil et différent, comme nous tous. Il faudrait toujours écouter les enfants.

Michel LE TALLEC

Le bleu est la couleur-symbole de l’autisme. Au signal, chaque petit élève a agité la feuille qui lui a été distribuée. - Michel Le Tallec

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
5 commentaires
A la une