France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Actualité
  • - Éducation / Santé / Environnement
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

La directrice du Char quitte son poste, l'hôpital placé sous administration provisoire

P.R. Vendredi 26 Octobre 2018 - 15h16
La directrice du Char quitte son poste, l'hôpital placé sous administration provisoire
L'ancienne directrice du Char, Agnès Drouhin à gauche

La nouvelle était attendue, elle est désormais officielle. Agnès Drouhin, la directrice du Centre Hospitalier Andrée-Rosemon (Char) quitte son poste. Avec elle, plusieurs de ses adjoints sont également en partance. Dès l’annonce de la nouvelle, Jacques Cartiaux, directeur de l’Agence Régionale de Santé, a pris un arrêté pour placer le Char sous administration provisoire.

Dans quelques jours, trois administrateurs de « très très haut profil » selon Jacques Cartiaux, arriveront à Cayenne. Ils sont tous les trois issus de l’inspection générale des affaires sociales (Igas). Le statut d’administration provisoire durera au minimum six mois. Un mandat renouvelable une fois.

Un « passage obligatoire » selon le directeur de l’ARS, afin que l’hôpital retrouve des « conditions pérennes » de fonctionnement. La nouvelle équipe aura à charge de « réenchanter la communauté médicale du Char » et de « redorer le blason » de l’établissement, notamment en faisant valoir « ce qui marche bien », et en « communiquant mieux », nous a répondu Jacques Cartiaux. 

Selon le directeur de l'ARS, Agnès Drouhin a été confronté à une « longue succession de crises » et de « très lourds conflits » depuis son arrivée au poste de directrice du Char. « Elle a considéré qu’elle ne pouvait plus supporter ce climat de conflit permanent », continue Jacques Cartiaux. La crise des urgentistes a ainsi précipité ce départ déjà annoncé. Agnès Drouhin avait pris ses fonctions début 2017, juste avant le début des mouvement sociaux.
Plus de détails dans notre prochaine édition

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Paassy 27.10.2018
Finish him

Il est peut être temps de mettre enfin ceux qui sont en lutte permanente (syndicat UTG et consorts) contre la hiérarchie, à la direction de l’hôpital. Parce que quand même, il y a dans leurs rangs des brancardiers et des employés administratifs qui savent mieux que les cadres et les médecins, comment gérer un hôpital.
Livrez l’hôpital à ces gens une bonne fois pour toute !
Le rire étant un puissant médicament, on ne tombera plus malade à Cayenne.

Répondre Signaler au modérateur
L'info en continu