France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Les bienfaits pédagogiques du numérique

Serge RAVIN Lundi 15 juillet 2019
Les bienfaits pédagogiques du numérique
Le directeur Franck Roubaud et les agents de GDI, le personnel d’encadrement et les jeunes du CMPP de Kourou qui ont participé aux ateliers. - hespels

Le numérique mis à la portée des enfants, c’est le challenge qu’a relevé Guyane développement innovation basé sur le campus universitaire de Troubiran, à Cayenne.

Pour la fin de l’année scolaire, les jeunes du centre médico-psycho-pédagogique (CMPP) de Kourou ont été invités à passer une matinée dans les locaux de GDI (Guyane développement innovation), situés à l’université de Guyane sur le campus de Troubiran, à Cayenne. Ils ont participé à quatre ateliers.

L’un des ateliers, dont l’intitulé était « Mélodie des fruits » leur a permis de produire des sons musicaux en touchant des fruits. Un deuxième de réalité virtuelle les a transportés dans un autre monde. Ils ont ensuite procédé à la fabrication numérique de porte-clefs grâce à une imprimante 3D. Le dernier atelier consistait à fabriquer une fusée à eau et à la propulser grâce à la pression de l’air.

« Ils ont découvert un monde virtuel »

« J’ai instruit les jeunes qui participaient à l’atelier de réalité virtuelle et à l’atelier de conception numérique. Ils ont découvert un monde virtuel qui leur a permis de se focaliser sur l’objectif donné  : suivre des flèches, suivre et associer les bonnes couleurs, et comment passer d’un simple dessin sur papier à la réalisation d’un porte-clefs à l’aide d’une machine à commandes numériques. Ils sont passés par la gravure laser, la fraiseuse, la découpeuse, via un logiciel. Puis, ils ont utilisé le casque de réalité virtuelle qui les immerge dans un monde virtuel. Il est muni de manettes qui leur permettent d'interagir avec les éléments qu’ils voient. Les jeunes sont partis en ayant tous un porte-clefs fabriqué avec le dessin qu’ils ont réalisé . »

« Ils ont découvert des activités nouvelles »

«  Les jeunes qui présentent des troubles d’apprentissage scolaire sont suivis aux Alizés, le centre médico-psycho-pédagogique (CMPP ) de Kourou qui relève de l’association les Pupilles de l’enseignement public(PEP) de Guyane. Ils sont accueillis de 4 à 20 ans pour une durée de trois ans maximum selon leur niveau de difficulté. Ils bénéficient de soins thérapeutiques, ergothérapeuthiques, orthophoniques et psychomoteurs. L’ergothérapeute peut se déplacer dans la classe de l’élève pour l’aider à travailler sur des logiciels spécifiques. Ces ateliers auxquels ont participé les jeunes, et qui ont été offerts par Guyane développement innovation, ont été très bénéfiques car ils ont découvert des activités nouvelles. Ça leur a permis de comprendre des processus de conception et de fabrication. »

« Apprendre en s’amusant »

« Aujourd’hui, c’est un peu particulier. Le Numlab, c’est un univers entièrement numérique. Aujourd’hui, on a eu des ateliers pratiques pour montrer des phénomènes physiques tangibles. L’objectif est d’apprendre en s’amusant. Le dénominateur commun de toutes les activités, c’est que les jeunes ont pu, avec leurs mains et leurs sens, avoir une approche de ce qu’on a voulu leur montrer. »

« Des activités accessibles pour eux »

« J’accompagne les enfants au niveau de la mise en place de l’outil informatique pour les aider dans les difficultés qu’ils peuvent avoir et aussi dans la mise en place de logiciels qu’ils peuvent utiliser pour les compenser. Par exemple, ceux liés à l’orthographe ou à la lecture. En fin d’année, nous réservons une journée détente. Avec le Numlab, on a cherché ce qu’on pouvait proposer comme activités qui leurs soient accessibles et pour qu’ils puissent découvrir en relation avec leurs compétences dans un cadre qui reste ludique . »

« C’était passionnant »

« Ce matin, on a fait de la réalité virtuelle. C’est une paire de lunettes que l’on met sur le visage et qui donne l’impression d’être dans une autre pièce, une autre dimension alors qu’on est toujours au même endroit. On a fait aussi des porte-clefs en utilisant des logiciels. Je n’avais jamais fait ça. C’était passionnant. J’ai mon ordinateur à la maison mais il n’est pas assez puissant pour effectuer ce que nous avons vu. Là, nous venons de construire une fusée . »

Dominique 13 ans - hespels
« On a fabriqué des fusées »

«  On a fabriqué des fusées avec une bouteille en matière plastique, un pistolet à colle, du scotch, du carton pour faire les ailerons, une balle de ping-pong. On va découvrir le mode de propulsion et on les fera décoller à l’extérieur. J’avais déjà fabriqué des fusées avec l’école mais pas comme celle-là. »

Liroy - hespels
« On a construit une fusée avec du scotch »

«  Ce matin, on a fait un jeu de réalité virtuelle. Dans cet atelier, on a construit une fusée avec du scotch, une demi-balle de ping-pong, de la pâte à modeler et une bouteille en matière plastique avec des ailerons en carton . »

Yaël 13 ans - hespels

« Très intéressant. »

« On a fait de petits ateliers. On a fabriqué nous-mêmes des fusées et on les a fait décoller grâce à un système de pression d’air. Il y en a qui sont bien parties, d’autres ont dévié un peu de leur trajectoire. On a fait des dessins et des porte-clefs. C’était très intéressant. »

Swan 11 ans - hespels
« Un peu déstabilisant »

«  On a fait de la musique avec des fruits. Il y avait des capteurs branchés sur les fruits reliés à une carte-mère. Selon un programme, en touchant les fruits, ça faisait des notes de piano. On a fait aussi de la réalité virtuelle qui nous transporte dans un autre monde. C’est un peu déstabilisant au début mais après, on s’y fait. On a dessiné un objet sur papier et on l’a réalisé avec une imprimante 3D numérique . »

Noa 14 ans - hespels
« De la musique avec des fruits »

«  On a découvert comment faire des porte-clefs avec une machine numérique. On a utilisé un casque de réalité virtuelle, on a construit des fusées et on a fait de la musique à partir de fruits. De toutes ces activités, j’ai préféré la fabrication du porte-clefs et les fruits qui font de la musique car j’aime la musique, surtout le kompa. »

Léïka 15 ans - hespels

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
1 commentaire
1 commentaire