En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • Actualité
  • - Éducation / Santé / Environnement
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Les lycéens reprennent les cours demain

P.Y-C / P.R. Mardi 10 Octobre 2017 - 09h08
Les lycéens reprennent les cours demain
Les lycéens de l'île de Cayenne ce matin devant le rectorat - (PYC)

500 à 600 lycéens de Félix-Éboué, Damas, Max-Joséphine et Melkior-Garré ont manifesté ce matin devant le rectorat. Ils ont exposé leurs revendications. Une délégation de trois élèves des lycées a été reçue.

La rencontre s’est terminée vers 13 h 00. Un document nommé « Plateforme académique des lycéens et étudiants de Guyane » a été rédigé (lire ci-dessous). Une nouvelle rencontre avec le recteur, actuellement absent, est prévue mardi prochain. Les lycéens reprendront les cours mercredi 11 octobre.
Plateforme académique des lycéens et étudiants de Guyane

"Nous, jeunes lycéens et étudiants de Guyane volons prendre notre avenir en main. L'éducation est le moteur d’une société ,en Guyane, nous jeunes sommes en majorité. Les changements que nous demandons sont pour nous, mais profiterons également aux générations futures dont nous seront les aînés. C'est pour cela qu'au-delà des demandes internes faites dans nos établissements, nous voulons construire un véritable projet académique et nous voulons également être une force de propositions pour ce projet.

Pour cela nous demandons :

- Un plan de construction d'établissements provisoires d'urgence pour scolariser tous les élèves à la rentrée prochaine et également pour vider les lycées ayant déjà dépassé leurs capacités d'accueil .

- Des nouveaux lycées polyvalents avec des filières adaptées à la réalité du territoire.

- Un plan d'investissement sur les lycées vieillissants de Guyane.

- Un plan d'embauche et le maintien des CUI avec formation pour répondre aux besoins de personnels de vie scolaire et de personnels ATOS.

- Des points d'informations réguliers sur le post bac afin de pouvoir faire le bon choix d'études supérieures.

- La venue du ministre de l'éducation nationale en vue de changer le pilotage académique et d'apporter les réponses à nos problématiques lors d'une rencontre.

- Et la mise en place d'un atelier de suivi des accords ministériels".
 
 


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

Gérard Manvussa 10.10.2017

Pourquoi y a-t-il les 500 frères (voire les Grands Frères) dans ce mouvement de jeunes. Soutien sincère ou besoin irrépressible de passer à la télé ?

Répondre Signaler au modérateur
MONSIEUR GUYANE 10.10.2017
les 2 duponts ressortent...

on peut se demander ce que nos 2 clowns régionaux vont faire chez les lycéens, eux qui ne sont pas trop allés à l'école... Après la lutte contre montagne d'or et l'échec cuisant de leur tentative de mobilisation, ils essaient de s'infiltrer chez les lycéens...

Répondre Signaler au modérateur
lolrenzo 16.10.2017

Pensez-vous que le projet minier de Montagne d'Or va tomber à l'eau ou que seule une minorité de la population n'en veut pas ?

Répondre Signaler au modérateur
Sti973 10.10.2017
balle dans le pied

Je n'arrive pas à comprendre cette mode de la méthode de la balle dans le pied : n'y a-t-il donc pas d'autres moyens d'avancer, d'obtenir des moyens que les blocages, grèves, manifestations ?
C'est sûre que c'est plus facile de brailler un grand coup de temps en temps que de faire un travail de fonds sur la durée... Sans compter que ce genre de méthode fait le jeu des pseudo-révolutionnaires indépendantistes :-(

Répondre Signaler au modérateur
Lescunt 10.10.2017
Comment faire autrement?

Quelles sont vos propositions pour se faire entendre?
On peut supposer avec bienveillance que d'autres méthodes ont été utilisées mais non pas fonctionnés. En m'informant sur les revendications légitimes et urgentes de ces lycéens, je peux comprendre qu'ils ne puissent pas faire un travail de fond sur la durée.
De toute façon, ce n'est pas à eux de le faire, ce travail.

Répondre Signaler au modérateur
L'info en continu
1/3