France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
AMAZONIE

Au Brésil, sécheresse et déforestation font bondir de 83 % le nombre d’incendies

AFP Mercredi 21 Août 2019 - 15h25
Au Brésil, sécheresse et déforestation font bondir de 83 % le nombre d’incendies
Un feu en Amazonie, en août 2019 (droits réservés)

Depuis le début de l'année, 72 843 départs de feu ont été enregistrés au Brésil, notamment dans la forêt amazonienne, contre 39 759 sur la totalité de l’année 2018.

La déforestation et la sécheresse font des ravages chez notre voisin brésilien. Les incendies de forêt y ont augmenté de 83 % depuis le début de l'année : 72 843 départs de feu ont été enregistrés, contre 39 759 en 2018, selon l’Institut national de recherche spatiale (INPE). Un record à la hausse depuis 2013.

Les feux sont plus nombreux dans les Etats où existe la forêt amazonienne. L’Etat le plus touché est le Mato Grosso (centre-ouest), avec 13 682 départs de feu, soit une hausse de 87 % par rapport à toute l’année 2018.

La ville de Sao Paulo a été plongée dans le noir, lundi, en raison des fumées provoquées par les immenses feux de forêts. Sur les réseaux sociaux, des citoyens s’alarment en utilisant le hashtag #prayforamazonia, et dénoncent la politique du président Jair Bolsonaro.
Les feux en Amazonie sont notamment provoqués par les défrichements par brûlis utilisés pour transformer des aires forestières en zones de culture et d’élevage, ou pour nettoyer des zones déjà déforestées, généralement pendant la saison sèche qui s’achève dans deux mois.
Bolsonaro remet les chiffres en cause
« Ce à quoi nous assistons est la conséquence de l’augmentation de la déforestation révélée par les chiffres récents », analyse Ricardo Mello, du programme Amazonie du Fond mondial pour la nature-Brésil.

Selon l’INPE, la déforestation en juillet a été quasiment quatre fois supérieure au même mois de 2018. Ces chiffres ont été remis en cause par le président d’extrême droite, Jair Bolsonaro, féroce critique des politiques de protection de l’environnement, qui a limogé Ricardo Galvao, directeur de cet institut, l’accusant de mentir et de nuire à l’image du Brésil.

Interrogé mardi sur cette forte hausse des incendies, le ministre de l’environnement, Ricardo Salles, a indiqué que « le gouvernement a (vait) mobilisé tous les effectifs des secouristes et tous les avions » de lutte contre les incendies, « qui sont désormais à pied d’œuvre avec les gouvernements régionaux ».

En Amérique du Sud, le Brésil est le pays le plus touché par les feux de forêt en 2019, suivi par le Venezuela (26 453) et la Bolivie (16 101).

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une