France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

« Je n'ai jamais voulu tirer pour tuer »

Marine JACQUES Mardi 15 mai 2018
« Je n'ai jamais voulu tirer pour tuer »
Des membres de Trop violans et des 500 frères, ainsi que des proches d'André Mahès (en médaillon), étaient au tribunal, hier vers 17 heures, pour manifester leur soutien (Ramon Ngwete)

André Mahès, un habitant du dégrad Saramaca à Kourou, a été convoqué au tribunal de Cayenne, hier à 16 heures, dans le cadre d'une information judiciaire sur le cambriolage qui s'est soldé par un mort le 18 août 2016 dans la ville spatiale.

Bien qu'il ait été convoqué seul, André Mahès n'était pas le seul à se rendre au tribunal de Cayenne hier après-midi. Le Kouroucien, convoqué pour une expertise psychologique, a reçu le soutien de ses proches ainsi que de certains membres de Trop violans et des 500 Frères, ces derniers s'étant mobilisés devant le tribunal. André Mahès est sous le coup d'une information judiciaire depuis qu'il a fait usage de son arme, le 18 août 2016, à son domicile sur la route du dégrad Saramaca. Il a tiré alors que des individus étaient en train de le cambrioler. L'un d'eux est mort.
« IL A VOULU SE DÉFENDRE »
« Je regrette le coup de feu, je n'ai jamais voulu tirer pour tuer » , a-t-il déclaré en sortant du tribunal. Pour Olivier Goudet, président de Trop violans, il est « injuste » qu'André Mahès soit inquiété par la justice. « C'était le neuvième cambriolage en deux ans, il a eu peur et a voulu se défendre » , assure-t-il. « Comme tout Bushinengué qui se respecte » , selon Olivier Goudet, André Mahès était en possession d'une arme de chasse. Déjà en 2016, un mois après les faits, il avait reçu le soutien de l'association de lutte contre la violence La Voie kouroucienne et la sentinelle (LVKS). Une dizaine de personnes s'étaient réunies à l'hôtel des Roches à Kourou. « Ce n'est pas normal que l'on arrive à une telle situation : tirer sur quelqu'un pour se défendre » , avait déclaré un participant. André Mahès attend maintenant la prochaine étape de la procédure judiciaire. Le procureur de la République Éric Vaillant a indiqué, hier, que le dossier était en cours d'instruction.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
6 commentaires

Vos commentaires

g6d 21.05.2018
permis de tuer?

« Comme tout Bushinengué qui se respecte » est-il un argument?
L'appartenance ethnique permet de justifier des actes aussi graves?
Tous les citoyens n'ont pas les mêmes droits et devoirs?

Répondre Signaler au modérateur
MONSIEUR GUYANE 16.05.2018
condamation?

Dans le contexte actuel, une condamnation risque de mettre le feu aux poudres, et donner du grain à moudre à des gens comme goudet qui vivent de ça...
J'espère que les juges auront se montrer cléments et sauront faire un jugement qui ira dans le bon sens.
Ceci dit, la légitime défense devrait pouvoir s'appliquer dès l'instant ou un individus tente de s'introduire dans notre domicile.

Répondre Signaler au modérateur
aucun 15.05.2018
en cours d'instruction ?

comment le dossier peut il encore être en cours d'instruction au bout de 2 ans ??? quels résultats n'ont pas encore été livrés ? comment la flagrance de légitime défense n'est-t-elle pas encore avérée ? comment la justice Française ose t-elle persécuter ainsi les personnes qu'elle a été incapable de protéger ?

Répondre Signaler au modérateur
aucun 15.05.2018
deux poids deux mesures

étranger récidiviste criminel = libéré, guyanais en légitime défense = condamné, vive la France !

Répondre Signaler au modérateur
joko973 15.05.2018

Cela fait 20 ans que ça dure, depuis l'implantation du "village spontané", vols en tous genres au dégrad, voitures bateaux, remorques...Il faut se taire, attendre et se laisser faire ? Non, si l'état ne le fait pas, il faut changer la loi pour pouvoir défendre nos biens nous mêmes. Les forces de l'ordre n'ont pas les moyens de le faire. Ne parlons pas de la justice, on peut le voire clairement aujourd'hui. Soutien à André Mahes !!!

Répondre Signaler au modérateur
aucun 15.05.2018
soutien aux associations

il n'y a pas de miracle, pour que les choses bougent dans le bon sens, il faut du monde et des moyens. il y a en Guyane des associations (citées dans l'article), il faut les soutenir et aller à leurs mobilisations, mais la Guyane -soyons réalistes- ne représente pas un poids électoral très important vu de la France, et pourtant la Guyane subit les lois Françaises -et- Européennes, il faut donc aussi se battre sur ce front là, et là encore il y a des associations qu'il faut soutenir, leurs noms ? "Institut Mirabeau", un groupe d'universitaires et d'avocats qui proposent des lois et des amendements au plus haut niveau du gouvernement Français - "Firearms United", qui fait le même travail, mais au niveau Européen - Et bien d'autres (ARPAC, UNPACT, ...). j'insiste sur le fait que ces associations sont toutes neutres politiquement et financées par leurs seuls membres. et bien sûr, les citoyens individuellement peuvent aussi agir en s'informant (de l'actualité au près de sources variées pour avoir un jugement juste), en s'instruisant (de la loi pour en comprendre les mécanismes), ... et lors des élections, en arrêtant de voter systématiquement pour les représentants du système qui les bafoue !

Répondre Signaler au modérateur