France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

La douane retrouve des briques du bagne de Guyane à Saint-Nazaire

Jeudi 02 mai 2019
La douane retrouve des briques du bagne de Guyane à Saint-Nazaire
Jean-François Ecobichon, des douanes, présente les briques qu'il va remettre à Philippe Bouvet, conservateur général du patrimoine à la direction régionale des affaires culturelles photo : Ouest-France - OUEST-FRANCE

En Loire-Atlantique, les douaniers ont saisi des briques du bagne de Guyane qu’une famille avait dissimulées dans un conteneur.

C’est une première dans la région des Pays de la Loire. Des briques du bagne de Guyane ont été saisies dans un conteneur de particuliers, à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Ce commerce néfaste peut s’avérer lucratif puisque, sur des sites internet comme Leboncoin, ce genre de reliques se vend entre 400 et 1 500 euros pièce. Ces quatre spécimens-là ont traversé l’Atlantique en cargo.

L’opération de saisie remonte au mois de novembre 2018, à l’occasion d’un contrôle aléatoire dans le port de Saint-Nazaire, précise le journal local, Ouest-France. « Le conteneur appartenait à une personne qui venait d’Outre-mer pour emménager en France », rapporte Jean-François Ecobichon chef du pôle contrôle, adjoint au directeur régional des douanes. Dans le conteneur, quatre briques sur lesquelles ont distingue l’inscription AP. Les briques retourneront bientôt à leur emplacement d’origine. Car l’inscription « AP », pour « administration pénitentiaire », atteste de leur provenance. Ces objets ont une valeur marchande très faible. Ce qui fait leur valeur, c’est leur intérêt historique, archéologique, patrimonial. Le préjudice est impossible à chiffrer.

Jean-François Ecobichon, des douanes, présente les briques qu’il va remettre à Philippe Bouvet, conservateur général du patrimoine à la direction régionale des affaires culturelles / Photo Ouest-France

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une