France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Kourou

Le squat de Savane vit ses derniers mois

Vendredi 12 avril 2019
Le squat de Savane vit ses derniers mois
squat chemin de Briquetterie - aur

Des élus se sont rendus sur place mercredi. Un jugement est attendu pour la mi-mai et le départ des habitants mi-août.

Mercredi dès 8 heures, des agents municipaux et deux élus de Kourou, escortés par la police municipale et la gendarmerie, se sont rendus au squat du chemin de la Briquetterie, à Savane. Cette démarche est la deuxième et avant-dernière phase d’une procédure d’expulsion lancée par le maire en juillet. Dans ce squat vivent 250 personnes, essentiellement des Haïtiens, dans une soixantaine d’habitations illégales. Les premières ont été érigées en 2012. Depuis trois ans, la population a considérablement augmenté. Le squat se situe sur un terrain de la commune, qui doit accueillir la future opération d’intérêt national de la ZAC 2.

Expulsion mi-août

Les services municipaux sont venus une première fois en juillet prévenir les squatteurs que la procédure judiciaire était lancée et qu’elle aboutirait à leur expulsion. Mercredi matin, c’est dans cette même optique que Frédéric Lladeres, élu à l’environnement et au cadre de vie, a organisé une réunion avec les occupants pour les informer de la probable décision d’expulsion du juge mi-mai, ce qui aboutirait à leur expulsion physique trois mois après.

L’élu a assuré les habitants que cette expulsion se ferait dans un cadre humain et social, mais qu’elle serait nécessaire pour des raisons sanitaires, de salubrité publique et de tranquillité pour les riverains. Il a assuré que tout serait fait pour un traitement au cas par cas, sachant que, lors d’une expulsion définitive d’un squat, le pilotage est assuré par la préfecture et des associations qui peuvent trouver des solutions.

Lors de cette visite, les services municipaux ont détruit quelques habitations en cours de construction, comme la loi les y autorise, pour faire comprendre aux occupants qu’il est désormais inutile de construire sur ce site.

Aurélie PONSOT

squat chemin de Briquetterie - Aurélie Ponsot
squat chemin de Briquetterie - Aurélie Ponsot
Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

josy 13.04.2019
Priorité

Donnez leur en priorité les logements simko Les réguliers n'ont qu'a attendre.....

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 13.04.2019

Bien d’accord avec vous...on s’en moque des Guyanais racistes.

Répondre Signaler au modérateur
josy 13.04.2019
Priorité

Donnez leur en priorité les logements similaires. Les réguliers n'ont qu'a attendre.....

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
1 commentaire
1 commentaire
A la une