France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
CAYENNE

Les Grands Frères finalement convoqués dans l'affaire du squat

B. D. Mercredi 07 novembre 2018
Les Grands Frères finalement convoqués dans l'affaire du squat
Entre deux cent et trois cent personnes avaient répondu à l'appel des Grands Frères et des 500 Frères pour déloger les squatteurs de la rue Madame-Payé, à Cayenne (SM)

Vendredi, six membres de l'association des Grand Frères, dont le président, José Achille, seront auditionnés dans l'affaire de l'évacuation du squat de la rue Madame-Payé.

Ils avaient participé à l'expulsion du squat de la rue Madame-Payé, à Cayenne, début septembre. Vendredi, sauf coup de théâtre, six membres de l'association des Grands Frères, dont le président, José Achille, sont convoqués. L'affaire est dans les mains des enquêteurs de la police judiciaire.
Dans cette affaire, la première audition avec placement en garde à vue était prévue le jeudi 13 septembre. Mais l'enquête et notamment les auditions des témoins n'étant terminées, les autorités ont préféré reporter la convocation. Une deuxième convocation était prévue à la fin du mois de septembre, mais comme les escadrons de gendarmerie basés en Guyane avaient été envoyés en Martinique pour sécuriser la visite du président de la République Emmanuel Macron, un nouveau report avait été ordonné. Une nouvelle date avait été fixée pour le 25 octobre. Mais un communiqué du procureur a ordonné un changement de date, compte tenu de l'absence de José Achille.
Vendredi, les forces de l'ordre seront nombreuses. Une batterie d'avocats a d'ores et déjà prévu de se trouver à côté des personnes auditionnées. Les membres des Grands Frères devront répondre de faits de violences en réunion, de vol en réunion et de dégradations.
APPEL À LA SOLIDARITÉ
La population, de son côté, prépare la riposte. Plusieurs messages de soutien et de rassemblement sont lancés sur les réseaux sociaux. Ils demandent, au nom de la solidarité et de la cohérence, que tous ceux qui étaient présents lors de l'action des Grands Frères au squat de la rue Madame-Payé réclament la même convocation et qu'ils se rendent en même temps qu'eux au commissariat pour être entendus. Ils étaient eux aussi sur place « pour voir jusqu'où irait l'État français » et pour montrer que « nous prenons nos responsabilités » , pouvait-on lire dans les messages publiés hier.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
13 commentaires

Vos commentaires

dtc97300 07.11.2018

En taule les tontons...

Répondre Signaler au modérateur
jess 07.11.2018

vélocité de la justice à défendre les squatteurs.

Répondre Signaler au modérateur
joko973 07.11.2018

Les premiers voleurs sont les squatteurs, dont certains en situation irrégulière, qui occupent illégalement un bien qui ne leur appartient pas. Quand ont-ils été convoqués au commissariat ??? On peut légitimement s'interroger sur la célérité à géométrie variable de notre in-justice.

Répondre Signaler au modérateur