France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Savanes

Un jaguar disparu et des braconniers recherchés

Jeudi 09 mai 2019
Un jaguar disparu et des braconniers recherchés
Le collier du jaguar disparu - DR

Le mois dernier, une équipe de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (l’ONCFS) a fait une découverte navrante. Elle a retrouvé le collier GPS d’une femelle jaguar coupé net sur une piste du Centre spatial guyanais (CSG). Cet animal avait intégré depuis octobre 2018 le programme sur les conflits homme jaguar : porté par les équipes techniques de l’ONCFS, son objectif est de mieux comprendre le comportement des jaguars et de proposer des solutions de gestion des conflits entre l’homme et les grands félins, par une étude de leur comportement, notamment territorial.

Ce jaguar, suivi depuis six mois, évoluait dans un périmètre d’environ 160 km2 et ne quittait pas le territoire du CSG, la RN1 faisant office de barrière naturelle. Selon l’ONCFS, il est très probable que l’animal ait été victime d’un acte de chasse, son collier, dont l’étiquette permet de contacter l’ONCFS en cas de découverte fortuite, ayant été arrachée.

Dans un communiqué daté de mardi, la préfecture et l’ONCFS déclarent : « Il est de la responsabilité de tous, en particulier des associations représentant des groupes de chasseurs, de signaler aux autorités compétentes tout témoignage d’acte de chasse de grands félins.

Les services de l’État concernés, l’ONCFS et l’ONF mettent tout en œuvre pour identifier le ou les auteurs de cette infraction. »

Malgré l’interdiction de prélèvement de cette espèce, une femelle avait subi le même sort en décembre 2014. La semaine dernière, c’est un autre cas de figure qui s’est présenté puisqu’un jaguar a été percuté par une voiture sur la RN1. Il a alors été recherché par un groupe de chasseurs qui a pu abréger ses souffrances.

Pour rappel, le commerce d’une espèce protégée est punie de deux ans d’emprisonnement et de 150 000 euros d’amende.

Angélique GROS

Le collier a été sectionné / photo DR

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
3 commentaires
5 commentaires
A la une