France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Theresa May rejoint le périple mémoriel de Macron dans la Somme

Vendredi 09 novembre 2018
Theresa May rejoint le périple mémoriel de Macron dans la Somme
Emmanuel Macron devant le mémorial de l'"anneau de la mémoire" à Ablain-Saint-Nazaire, le 8 novembre 2018 - Ludovic MARIN (POOL/AFP)

La Première ministre du Royaume-Uni Theresa May rejoint vendredi Emmanuel Macron dans un haut lieu franco-britannique de la Première guerre mondiale, dans la Somme, avant un week-end qui marquera l'apothéose du Centenaire de l'Armistice de 1918.

Avec cette visite, la longue "itinérance mémorielle" du président, au programme souvent malmené par les interpellations des Français rencontrés, reprend une dimension internationale et diplomatique qui culminera dimanche avec l'accueil de dizaines de chefs d’État étrangers à Paris.

Dans l'immédiat, Emmanuel Macron continue d'associer l'aspect commémoratif de son périple et la promotion de son programme présidentiel, en particulier dans les domaines économique et social. "Une véritable erreur", a jugé vendredi matin l'ancien ministre LR Jean-François Copé, regrettant que le président "n'ait pas concentré son seul message sur la réunion de la nation autour de ce que fut cette tragédie" de 14-18.

Il est arrivé vers 9h30 dans un centre social de Lens (Pas-de-Calais), qui propose des activités culturelles, sportives, éducatives et des ateliers d'insertion, de parentalité, dans un bassin de 5.000 habitants au nord-est de cette cité minière. Accueilli avec quatre ministres par les responsables du centre, en présence de nombreux acteurs sociaux de la région, il a assisté pendant une heure à une table ronde, écoutant des mères qui témoignaient sur le harcèlement scolaire ou encore des jeunes en formation.

Un million de personnes, sur six millions d'habitants des Hauts-de-France, vit sous le seuil de pauvreté (moins de 1.020€/mois). Avec un taux de chômage de 11,6%, la région est aussi la plus touchée par le chômage en France métropolitaine, souligne l'Elysée.

Le chef de l’État a annoncé l'inscription du territoire Sambre-Avesnois-Thiérache et du bassin minier comme "territoires démonstrateurs" de son plan contre la pauvreté.

Il doit accueillir ensuite Theresa May à Albert (Somme), pour un déjeuner de travail, avant de visiter avec elle la nécropole franco-britannique de Thiepval. Avec son épouse Brigitte, il poursuivra son périple à l’Historial de Péronne puis conclura une table ronde avec des historiens de la Grande Guerre.

- Trump à l'Elysée -

M. Macron rentre à Paris vendredi soir avant un week-end de commémorations de l'Armistice qui s'achèvera par un Forum pour la paix. Sont attendus une soixantaine de dirigeants mondiaux.

Samedi matin, il recevra le président américain Donald Trump à l'Elysée, avant de retrouver Angela Merkel dans l'après-midi dans la "clairière de l’Armistice", à Rethondes dans la forêt de Compiègne, où fut aussi signé en 1940 par Hitler la capitulation de la France. Ces retrouvailles symboliseront l’achèvement du processus de réconciliation entre les deux pays, selon l'Elysée.

Enfin dimanche 11 novembre, point culminant du Centenaire, aura lieu le Forum de Paris sur la paix, dans la Grande Halle de la Villette, afin de "rappeler la nécessité de défendre et renforcer le multilatéralisme mondial". Il rassemblera de nombreux acteurs de la gouvernance mondiale – États, organisations internationales, ONG, entreprises, syndicats, groupes religieux –, mais pas Donald Trump.

Tout au long de la semaine, le périple entamé dimanche par Emmanuel Macron dans le Grand Est sur les traces de la Grande Guerre a été émaillé de nombreux contacts avec la population, virant parfois à l'invective abondamment relayée par les chaînes d'information en direct et les réseaux sociaux.

Chaque jour, dans les bains de foule qu'il affectionne, il est confronté à des expressions de colère, contre le faible montant des retraites ou la cherté des carburants, à une semaine d'un appel à bloquer les routes le 17 novembre.

"Il croyait qu’il allait visiter des musées, des cimetières. Il se retrouve face à des gens bien vivants, bien criants qui lui expriment la colère qu’ils éprouvent depuis maintenant un an et demi", a commenté sur RTL vendredi le député LFI François Ruffin.

"J'ai jamais pensé que c'était facile", a expliqué jeudi le chef de l'Etat, au plus bas dans les sondages - 27% d'opinions positives selon la dernière enquête Elabe : "J'ai été élu en me faisant secouer et ça continuera jusqu'au bout, parce que notre pays ne peut pas, depuis trente ans, être dans le chômage de masse, et considérer que ça va bien. Je suis très heureux de cette itinérance parce que je suis dans le pays."

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire