France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Réunion de Palerme: le Premier ministre Sarraj réclame une "vision commune" sur la Libye

Jeudi 08 novembre 2018
Réunion de Palerme: le Premier ministre Sarraj réclame une "vision commune" sur la Libye
Fayez al-Sarraj, le Premier ministre du gouvernement d'union national libyen (reconnu par la communauté internationale), lors d'un déplacement à Rome le 26 octobre 2018 - Filippo MONTEFORTE (AFP/Archives)

Le chef du gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale, Fayez al-Sarraj, a appelé jeudi la communauté internationale à adopter enfin "une vision commune vis-à-vis du dossier libyen" à l'occasion de la conférence qui s'ouvrira lundi à Palerme (Italie).

Dans une interview exclusive à l'AFP au siège de son gouvernement d'union nationale (GNA) à Tripoli, M. Sarraj a déploré "des interventions négatives de certains pays" en Libye, sans toutefois les nommer.

Riche en hydrocarbures, la Libye est plongée dans le chaos depuis la chute du régime du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011, avec deux gouvernements (le GNA et un autre exécutif basé dans l'est du pays) et deux assemblées.

Un sommet mis sur pied par la France fin mai à Paris, qui avait rassemblé les quatre principaux protagonistes de la crise libyenne, dont M. Sarraj, avait débouché sur un engagement à organiser des élections le 10 décembre, un objectif qui ne sera apparemment pas tenu.

"Il faut unifier la position (de la communauté) internationale vis-à-vis de la Libye", a asséné le dirigeant libyen.

Rappelant que d'autres réunions internationales avaient été organisées ces dernières années pour trouver une sortie de crise dans son pays, il a regretté "le non-respect des décisions" prises lors de ces conférences, donnant comme exemple le sommet de Paris.

M. Sarraj a notamment critiqué le parlement basé dans l'est de la Libye pour n'avoir pas respecté, selon lui, ses engagements pris à Paris afin de préparer le cadre législatif requis pour la tenue d'élections.

Interrogé sur la rivalité entre la France et l'Italie sur le dossier libyen, il a souligné "la nécessité d'unifier les positions" des deux pays "de telle sorte qu'il n'y ait plus de points de discorde" entre eux.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3