France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Manoelzinho le tueur de militaires de retour à Macapà

Lundi 19 Août 2019 - 16h11
Manoelzinho le tueur de militaires de retour à Macapà
Manoelzinho escorté par les forces de l'ordre à son arrivée à Macapa - (photos : selesnafes.com)

Ferreira Manoel Moura, dit Manoelzinho, responsable de la mort de deux militaires français à Dorlin en juin 2012 vient d'être transféré à la prison de Macapà, après avoir passé sept ans emprisonné dans le Mato Grosso.

Souvenez-vous, le 27 juin 2012, Sébastien Pissot et Stéphane Moralia, deux militaires français, étaient tués en forêt lors d’une opération contre l’orpaillage clandestin à Dorlin, Maripasoula. La bande à l’origine des deux meurtres était menée par Ferreira Manoel Moura, dit Manoelzinho, 25 ans à l’époque des faits. Ce dernier sera arrêté un mois plus tard dans un hôtel de Macapá avec des armes de gros calibre, des fusils AR-15 et des pistolets 9mm, de fabrication internationale, achetés au Suriname. Soupçonné d’avoir tué ou fait tuer onze personnes en Guyane, dont les deux soldats, il sera condamné à la perpétuité en octobre 2016. Ses complices Ronaldo Silva Lima, dit Brabo, Itamar Bezerra Alves et Ronaldo Miranda Carvalho seront respectivement condamnés à trente ans, vingt ans et dix-huit ans de réclusion criminelle.

Manoelzinho est aujourd’hui de retour dans l’Amapa, dans la prison de Macapa, nous apprend le site selesnafes.com. Depuis 2012, il était en détention dans la prison fédérale de Campo Grande, dans le Mato Grosso do Sul.

(photos : selesnafes.com)



Le 27 juin 2012, Sébastien Pissot et Stéphane Moralia, deux militaires français, étaient tués en forêt lors d’une opération contre l’orpaillage clandestin à Dorlin -


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
3 commentaires
1 commentaire
A la une