France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

A Washington, la politique fait (momentanément) place au hockey

Mercredi 06 juin 2018
A Washington, la politique fait (momentanément) place au hockey
Des fans des Capitals à Washington avant le match 4 de la Stanley Cup - Gregory Shamus (GETTY IMAGES/AFP/Archives)

Washington, siège de la politique américaine, n'est pas connue pour avoir l'ambiance la plus enflammée, mais la fièvre du hockey sur glace s'est emparée des fans de l'équipe des Capitals qui n'est plus qu'à un match du premier titre de son histoire.

Les "Caps" mènent actuellement 3-1 dans la Coupe Stanley, la finale du championnat nord-américain de hockey (NHL), face aux Las Vegas Golden Knights.

Plus qu'une victoire et ils remporteraient cette série au meilleur des sept matches. Dans la capitale fédérale, les titres sont d'autant plus appréciés qu'ils sont rares: les Redskins (football américain) sont la dernière équipe des quatre sports majeurs (basket-ball, football américain, baseball, hockey) à avoir remporté un championnat. C'était en janvier 1992.

Rebecca Froling, 23 ans, n'était même pas née. "Une victoire signifierait beaucoup. Je ne peux même pas l'imaginer", explique cette grande fan qui possède un abonnement à la saison pour voir les Capitals.

Samedi, avant le quatrième match à Washington, la foule s'est pressée devant la salle de la Capital One Arena. La fête était animée par des artistes comme Sting ou Shaggy, et les fans qui n'ont pas pu trouver de place (tous les billets pour les matches à domicile sont épuisés) ont pu suivre les exploits de leur équipe depuis l'extérieur de la salle.

"Je ne me souviens pas d'avoir déjà vu ça à D.C.", initiales du District de Columbia, a expliqué Corky Logsdon du haut de ses 76 ans.

Washington, ville dont le rythme est dicté par les mondes de la politique et de la finance, n'est pas connue pour sa ferveur populaire. La plupart des habitants ne sont pas originaires de la capitale américaine mais sont venus y vivre pour le travail, et soutiennent donc généralement l'équipe de leur région d'origine.

Mais la possibilité d'un premier titre des "Caps" en 43 ans d'histoire séduit de nombreux Washingtoniens, locaux ou d'adoption.

Bus, bars, casernes de pompiers... Toute la ville est aux couleurs rouge et blanche des "Caps".

Les célébrités de D.C. --oui, elles existent-- sont au premier rang pendant les matches à domicile. L'actrice Lynda Carter, alias "Wonder Woman", qui habite depuis longtemps dans la banlieue de la capitale américaine, est ainsi venue encourager son équipe lors de ses deux victoires (super-) héroïques à domicile.

Washington a maintenant l'occasion de boucler l'affaire jeudi soir à Las Vegas. En cas de défaite, une nouvelle opportunité s'offrira aux "Caps" dimanche lors du match 6 à domicile. Pour que la fête n'en soit que plus folle.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3