France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Escrime: les Français aux championnats d'Europe pour s'ouvrir le chemin vers Tokyo-2020

Lundi 17 juin 2019
Escrime: les Français aux championnats d'Europe pour s'ouvrir le chemin vers Tokyo-2020
L'équipe de France médaillée d'or à l'épée aux Championnats d'Europe d'escrime, à Novi Sad en Serbie, le 21 juin 2018 - OLIVER BUNIC (AFP/Archives)

Les escrimeurs français disputent les Championnats d'Europe à Düsseldorf (Allemagne) à partir de lundi avec pour objectif de se faciliter la longue course à la qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo dans un an.

Avec six médailles, deux de chaque métal --dont les titres à l'épée pour les filles par équipes et pour Yannick Borel en individuel--, les Français avaient terminé derrière la Russie, lors de la précédente édition des Championnats d'Europe à Novi Sad (Serbie) il y a un an.

Cette année, ils auront un double objectif: aller chercher le podium continental, toujours un excellent indicateur à quatre semaines des Mondiaux à Budapest (15-23 juillet), mais surtout prendre de l'avance dans le long marathon qui les attend pour chercher le ticket pour Tokyo.

Pour aller aux Jeux olympiques par équipes, chaque arme doit finir dans les quatre premiers au classement mondial entre avril 2019 et avril 2020, ou meilleure nation européenne au-delà de ce top 4.

Ce classement prend en compte les Championnats du monde, les Championnats continentaux, ainsi que les quatre meilleurs résultats (sur cinq) en Coupe du monde. Une qualification collective qui offre également les trois places pour les épreuves individuelles au Japon.

C'est donc vers les trois derniers jours consacrés aux épreuves par équipes que les yeux seront tournés à Düsseldorf.

- La série de Borel -

Les filles du fleuret, emmenées par leur vice-championne du monde 2018 Ysaora Thibus, et du sabre, championnes du monde en titre, occupent la tête des classements mondiaux, grâce à un début de saison tonitruant (trois victoires pour les fleurettistes, quatre pour les sabreuses).

"On sait que l'on a une belle équipe. On y va avec beaucoup d'ambition, mais aussi de la vigilance", souligne la sabreuse Cécilia Berder, rappelant la décevante 5e place pour la première épreuve qualificative à Tunis.

La Bretonne était montée sur le podium l'an passé (argent), tout comme Yannick Borel, qui compte désormais trois titres européens consécutifs. Il voudra confirmer avec ses équipiers de l'épée les progrès observés mi-mai à Paris avec une deuxième place.

Les filles de l'épée, qui restent sur deux titres européens consécutifs, sont un peu sous pression, après leur 10e place à Dubaï.

Enfin, les sabreurs, qui ne sont plus montés sur un podium européen par équipes depuis 2009, pourront profiter de la belle forme du trentenaire Boladé Apithy --vainqueur à Moscou fin mai-- pour valider l'encourageante sixième place collective à Madrid début mai.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une