France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Ligue 1: Monaco, toujours malade, concède le nul contre Nîmes

Dimanche 25 août 2019
Ligue 1: Monaco, toujours malade, concède le nul contre Nîmes
Les Monégasques quittent la pelouse, têtes basses, après leur match nul à domicile face à Nîmes, le 25 août 2019 - VALERY HACHE (AFP)

Réduit à dix pour la 3e fois en trois journées, Monaco, qui menait 2-0 à la pause, a concédé un match nul frustrant contre Nîmes (2-2), dimanche lors de la 3e journée de Ligue 1.

Les journées se suivent et se ressemblent pour Leonardo Jardim et les siens. Après Cesc Fabregas et Ruben Aguilar, c'est Jemerson qui a cette fois été exclu, laissant ses coéquipiers à dix à la 55e minute d'un match jusqu'à là maîtrisé, avec un avantage de deux buts à la pause. Le tournant du match.

Et un constat: Monaco est toujours malade, à la vue de son incapacité à gérer le match en infériorité numérique. L'intégration prochaine du rugueux défenseur central chilien Guillermo Maripan, dernière recrue en date, apparait comme une nécessité pour un club qui vient de prendre son premier point en L1 et vise le podium.

Deux autres recrues, dont l'association pourrait devenir très intéressantes, avaient pourtant donné le sourire aux Monégasques: Islam Slimani, symbole du joueur combatif, est devenu à la 40e minute le premier buteur rouge et blanc de la saison. Suivi par Wissam Ben Yedder, buteur après une frappe de Gelson repoussée par Bernardoni (2-0, 45+1).

"Avec Wissam, on a effectué quatre entraînements ensemble, explique Slimani, champion d'Afrique algérien. On a construit de belles actions. On est donc déçu du résultat."

Une fin de période qui est venu cacher une première demi-heure, qui a permis de voir que Nîmes jouera "les yeux dans les yeux" avec son adversaire. Et de noter des faits regrettables en tribunes, l'arbitre ayant menacé d'arrêter la rencontre après des chants hostiles à la Ligue professionnel de football ("La Ligue, on t'encule").

- Jemerson du jaune au rouge -

En début de second acte, se succèdent "les deux tournants du match", selon Bernard Blaquart, l'entraîneur nîmois: la balle du 3-0, que Gelson Martins manque (47e) et l'exclusion de Jemerson.

Car Monaco ne sait plus se faciliter un match. Latéral droit en l'absence d'Aguilar, suspendu, et de Henrichs, blessé, Jemerson a été en difficulté. A 40 mètres de ses buts, il a taclé de façon inconsidérée Philippoteaux. Après l'avoir averti, M. Delerue l'exclut avec l'aide de la VAR (54e). Ce carton rouge, que Jardim conteste vivement, a donc mis à mal la montée en puissance du quatuor offensif Gelson-Onyekuru-Slimani-Ben Yedder.

"Je suis triste pour les joueurs, peste le technicien portugais. Il faut respecter le club et ceux qui y travaillent. Jemerson contre le ballon. Ensuite il y a contact. Maintenant, c'est difficile d'expliquer aux joueurs. Ils me diront: +Coach, je laisse jouer+."

Nîmes, emmené par un excellent Zinedine Fehrat et qui s'était déjà créé une occasion par une frappe sur la barre de Philippoteaux (31e), profite alors de la perte de sérénité monégasque. D'abord décisif devant Alakouch (68e), Lecomte s'est incliné sur un bel enchaînement de Philippoteaux (2-1, 70e). Puis, encore une fois sur une reprise à bout-portant de Denkey, 18 ans, qui venait d'entrer et touchait son premier ballon dans l'élite (2-2, 82e).

"C'était le buteur de notre réserve, révèle Blaquart. Il a des qualités de buteur. Il n'y pas de raison que ça ne passe pas au dessus."

Malgré les offensives nîmoises, la défense monégasque, aux abois, a tenu son premier point de la saison. Reste que le chantier sera titanesque pour Jardim. Il le sait.

Mais il sait aussi pouvoir compter sur ses recrues, dont Slimani qui assure: "On a un bel effectif, un bon staff. On va être de mieux en mieux. On a tout pour jouer les premiers rôles."

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une