France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

À Matoury : le budget voté dans l’urgence

Lundi 15 avril 2019
À Matoury : le budget voté dans l’urgence
Lors du vote du budget de Matoury élaboré par Serge Smock et son équipe, 4 élus ont voté contre et 8 se sont abstenus. - Angelique GROS

Le conseil municipal de Matoury a encore été le théâtre de débats acharnés entre l’opposition et l’équipe de Serge Smock. Malgré une irrégularité soulevée dans le reste à réaliser du compte administratif, le budget a enfin été voté.

Non sans peine, le budget de Matoury a été voté vendredi soir, deux jours avant la date limite (lire notre édition de samedi). Le compte administratif 2018, dont le vote précède obligatoirement celui du budget, a soulevé l’indignation de l’opposition. Le montant des restes à réaliser des recettes de la section d’investissement variait en fonction des documents. « Sur 70 millions, il y a 6 000 euros d’écart. On va le modifier mais le budget ne va pas s’écrouler », a répliqué, excédée Anne-Michèle Robinson, deuxième adjointe au maire, à l’opposition dont une partie des élus ont voté contre l’adoption du compte administratif.

Le vote du budget a ensuite pu être abordé, notammentles projets structurants comme la poursuite des études de la route du Centre qui doit permettre de fluidifier la circulation entre la RN2 et la Matourienne. « La semaine prochaine, nous signeront une convention avec l’Epfag (Établissement public foncier et d’aménagement en Guyane) chargé de mettre en place les études pour arriver à sa réalisation », explique le maire, Serge Smock.

Les taux des impôts locaux restent stables

Des études pour la réalisation d’une cuisine centrale, pour un montant de 100 000 euros et d’un stade de football pour 50 000 euros sont aussi inscrites au budget 2019. Le maire souhaite voir ces infrastructures sortir avant la fin de la mandature. Son opposant Gabriel Serville s’interroge : « J’aimerais savoir comment on va construire un stade en un an ? » Des études pour la réalisation d’un pôle artisanal, d’un carbet des cultures guyanaises et d’équipements de proximité doivent aussi être lancées.

La réhabiliation des anciens locaux de la CACSM, de la maison de quartier de Balata et l’installation de la vidéoprotection sont aussi budgétés pour 2019.

Malgré le vote d’une augmentation de 1 % des subventions aux associations, Gabriel Serville pointe une baisse par rapport à 2018. « Il y a des subventions de 2017 e 2016 qui ont été payées en 2018, c’est pourquoi il y a ce décalage », répond le maire. Cent mille euros sont finalement destinés aux associations sportives et culturelles de Matoury, estampillée ville active et sportive depuis février.

Les taux de la fiscalité locale ont quand à eux été reconduits : la taxe d’habitation reste à 28,65 %, la taxe foncière bâtie à 24,04 % et la taxe foncière non bâtie à 39,78 %. Ce qui n’empêche pas la mairie de tabler sur un million d’euros de recettes supplémentaires grâce à la hausse de la valeur locative des logements, aux nouvelles constructions et au recensement des logements qui échappaient à l’impôt.

Angélique GROS

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
2 commentaires
A la une