En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

« C'est historique, un budget en excédent »

Bernard DORDONNE Vendredi 06 avril 2018
« C'est historique, un budget en excédent »
Ce moment historique pour la majorité municipale a été immortalisé en pleine séance du conseil (BD)

Lors du conseil municipal de Kourou qui s'est déroulé, hier matin, en salle de délibération de l'hôtel de ville, le budget et le compte administratif ont été votés en excédent de 1,6 million d'euros. Le maire indique que toutes les dettes seront payées aux entreprises et aux associations dans quelques semaines.

La ville de Kourou sort la tête de l'eau après de nombreuses années d'une situation financière catastrophique.
« Lorsque nous sommes arrivés aux affaires en 2014, le déficit explosait » , a souligné hier le maire François Ringuet, qui a salué le travail des fonctionnaires : « Ils ont tenu bon dans la tempête et aujourd'hui, c'est une belle victoire que nous fêtons. Quatre ans après notre arrivée au pouvoir, on sort avec un excédent de 1,6 million, c'est un beau succès pour la population » , a ajouté le premier édile de la ville.
« Il faut savoir que les finances de la ville étaient à moins 24 millions. En injectant 16,5 millions d'euros de la Simko plus la vente de foncier, cela nous a permis d'être beaucoup plus stables. On retrouve une situation saine et on repart sur de nouvelles opérations. Maintenant, on peut dire à l'État de nous aider car la situation est saine » , s'est félicité François Ringuet.
En s'adressant aux élus de sa majorité et aux deux élus du groupe Citoyens et indignés présents dans la salle, le maire a rappelé ses décisions : « J'ai fait le choix de redresser les finances de la collectivité car on doit protéger les générations futures. On part sur 2022, avec un total de 56 millions d'euros d'investissements. La convention que nous allons signer dans quelques jours va nous permettre de récupérer 19 millions d'euros dont 5 millions d'aide exceptionnelle. Nous allons faire revenir la ville de Kourou dans l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) alors que les portes ont été fermées en 2015. »
ABSENCE DE L'OPPOSITION
François Ringuet a annoncé que toutes les dettes allaient être payées aux entreprises et aux associations dans quelques semaines.
Les autres points à l'ordre du jour du conseil ont tous été votés à l'unanimité. Deux éléments majeurs ont marqué cette séance du conseil municipal. Les élus de la majorité qui se sont levés pour applaudir le maire et ensuite se sont donné l'accolade en signe de satisfaction du budget en excédent. Le second élément a été la triste image des chaises vides dans les rangs de l'opposition.
François Ringuet a commenté cette absence par une réflexion lapidaire : « C'est dommage que l'opposition ne soit pas là. Ils ont refusé de voir la réalité. Mais ils savent que celui qui est sur le ring a réussi le combat, on a renversé la courbe en quatre ans, et l'opposition l'a compris. Ils ont préféré ne pas venir constater leur défaite, le match est terminé pour cette opposition » .
Les appuis de François Ringuet
François Ringuet a tenu remercier toutes les personnes qui ont permis que la ville de Kourou se redresse financièrement. Il a rendu hommage à Jean-Bernard Nilam. « En termes d'accompagnement, je l'ai dans mon coeur et dans ma mémoire. Cet homme a tout fait pour faciliter le dossier de la ville de Kourou. » Le maire a rappelé que ce Guyanais était ancien directeur de cabinet de la mairie de Cayenne et qu'il accompagnait la ministre des Outre-mer, Éricka Bareigts, lors de sa venue en Guyane durant le mouvement social de 2017.
« Nous avons eu l'appui de Dominique Perben, ancien ministre, qui a lui aussi facilité le dossier de Kourou, a-t-il ajouté. Lorsqu'on demandait pourquoi je soutenais Alain Juppé (pendant la présidentielle), il faut savoir qu'aujourd'hui, l'équipe de Juppé est installée au gouvernement. Le Premier Ministre a été comme moi porte-parole d'Alain Juppé. Quand j'ai été reçu par le président de la République Emmanuel Macron, il connaissait le dossier. La situation de Kourou ne se décide plus au ministère des Outre-mer comme auparavant. C'est le cabinet du président de la République qui s'occupe de la ville de Kourou. Nous avons la confiance de la ministre de l'Outremer Annick Girardin. »
L'excédent peut permettre de « baisser le taux d'imposition »
Adelson Magloire, leader du groupe Citoyens et indignés, qui comprend quatre élus au conseil municipal de Kourou et s'inscrit dans une opposition constructive, a fait plusieurs remarques à la majorité du conseil municipal. « C'est un fait marquant. Mais c'est la concrétisation du budget qui sera historique et notamment la mise en oeuvre du budget et de certaines réalisations, a-t-il observé.
Lors du conseil, nous avons voulu faire remarquer que Kourou était de moins en moins attractive au niveau économique. Beaucoup d'habitants quittent la ville ainsi que des entreprises. Il faut redresser cette situation.
Par ailleurs il y a eu un effort consenti par certaines personnes qui payent des impôts. Il faut rendre l'appareil à ces foyers fiscaux en baissant le taux d'imposition. On a constaté que ce n'est pas une part importante du budget mais cela permettra de donner du pouvoir d'achat aux Kourouciens.
Le maire propose d'attendre l'année 2019 pour avoir un calcul de remboursement par l'État avec un taux assez haut, mais je propose de baisser la taxe foncière et de maintenir le taux de la taxe d'habitation. »
B. D.
(BD)

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire