France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Crispation puis détente

Mercredi 12 décembre 2018
Crispation puis détente
CTG (archives)

Les élus de la CTG se sont entendus sur l’envoi d’un courrier au gouvernement, lundi, pour la création d’une loi Guyane et une consultation statutaire. Après des échanges houleux sur sa rédaction, l’ambiance s’est apaisée.

Diana JoJé-Pansa, conseillère territoriale, majorité « Dire la réalité des choses »

«  Je suis conseillère territoriale de la majorité et je représente les peuples du Maroni. Je refuse de tourner en rond. Nous avons fait le courrier qui dit la réalité des choses et on est en train de débattre rutilement. Il faudrait que l’on avance. C’est la population qui va décider lors de la consultation populaire. »

Diana Jojé-Pansa -
Boris Chong-Sit, conseiller territorial, majorité « Esprit d’ouverturedu président »

«  Je relaie l’esprit d’ouverture du président. Ma prise de parole a été fait en concertation avec lui. Il ne sert à rien de se crisper sur une sémantique. Personne n’est docteur en grammaire dans cette assemblée. Soumise à l’analyse, cette phrase pouvait paraître ambiguë. Alors,il n’était pas indispensable de la maintenir en l’état s’il y avait un point de crispation. Nous devons être dans le consensus. C’était une tempête dans un verre d’eau. »

Boris Chong-Sit -
Dr Roger-Michel Loupec, conseiller territorial, majorité « Faire venir des médecins cubains »

« Mon collègue Gauthier Horth a demandé au président dans un courrier, de faire venir en Guyane les médecins cubains que le nouveau président du Brésil a renvoyé dans leur pays, pour faire face au désert médical. La Guyane peut importer dans médecins étrangers depuis 2005, avec des conditions particulières. Il faut que ces médecins soient inscrits à l’ordre des médecins ce qui nécessite une série de dispositions. C’est l’ordre des médecins qui va juger de la possibilité de donner des soins en Guyane et donc en France. S’il y a des médecins qui travaillent à l’hôpital et que l’ordre des médecins n’a pas été informé, l’hôpital est en faute ainsi que le patricien. On est donc dans l’exercice illégal de la médecine.  »

Dr Loupec -
Servais Alfonsine, membre du Komité Drapo « Les pit-bulls du président »

« L’adoption du courrier au Premier ministre s’est bien passée. Mais il y avait un petit problème de sémantique qui nous a fait réagir. Il y a des tensions dans la collectivité. Je salue l’intervention de Boris Chong-Sit. Je constate qu’il est plus pondéré par rapport à ceux que j’appelle les pit-bulls du président. »

Servais Alphonsine -
Isabelle Patient, conseillère territoriale, majorité « Le débat était stérile »

«  Les travaux de la commission vont débuter lorsque les instances auront désigné leurs membres. La première réunion peut être prévue la première semaine de janvier. C’est une commission de 33 membres d’horizons divers. On a annoncé la tenue d’un congrès en fin janvier mais sa tenue est conditionnée à l’avancée des travaux de la commission. Je ne comprends pas le débat aussi stérile qui a eu lieu. Il y a des gens qui veulent s’arrêter sur des mots.  »

Isabelle Patient -
Jean-Pierre Roumillac, conseiller territorial, majorité « L’essentiel : une démarche commune »

«  Les débats ont été démocratiques. Le président a été très correct : avant d’envoyer le courrier, il a tenu à le montrer aux élus. Il aurait pu s’en passer ou donner le courrier pour information. On est tous dans la même barque. Si le bateau coule, nous coulons tous. L’essentiel est d’être dans une démarche commune pour aboutir à la mise en place de l’Accord de Guyane.  »

JP Roumillarc -
Olivier Goudet, président de Tròp Violans « Pour mieux vivre en Guyane »

«  Je me suis levé pour intervenir car depuis trop longtemps les élus vendent le pays, ils malmènent le pays.

J’en veux à ceux ont fait couler les Accords de 2001. Et je dis merci à Boris Chong-Sit. Si nous avons marché l’année dernière, c’est pour mieux vivre en Guyane. »

Olivier Goudet -

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

Gérard Manvussa 15.12.2018

Si vous lisez correctement ce que dit Loupec, vous comprendrez que c'est le titre de France-Guyane qui est inapproprié à la déclaration de Loupec (si ces propos sont correctement rapportés). L'idée en l'air des médecins cubains est une diversion démago de Gauthier Horth

Répondre Signaler au modérateur
antcorp 15.12.2018

Dr Roger-Michel Loupec propose de faire venir des médecins cubains, Il est pas sans savoir que le salaire est versé directement à l'état cubain et que les médecins on juste de quoi subvenir à leurs besoin une forme d'esclavage moderne soutenu donc, par se monsieur

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 15.12.2018

Visiblement vous ne comprenez pas ce que vous lisez. Ce n’est pas sa proposition mais celle du triste sire Gauthier HORTH.

Répondre Signaler au modérateur
antcorp 16.12.2018

"pardon pour la confusion" toute façon c'est le fond qui importe

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 17.12.2018

Justement dans le fond il semble sceptique sur cette mesure. Mais peu importe.

Répondre Signaler au modérateur
A la une