France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Le budget 2019 voté à Kourou

Samedi 13 avril 2019
Le budget 2019 voté à Kourou
Pour 2019, la ville de Kourou prévoit un plan de départ volontaire de ses agents mixant démission de la fonction publique et départs anticipés à la retraite. Pour l’heure 87 départs sont envisagés / photo APo - Aurélie Ponsot

Jeudi soir, le quorum était atteint lors du conseil municipal. La séance a pu se tenir. Les onze points à l’ordre du jour ont été votés, notamment les finances.

Jeudi soir, lors du conseil municipal de Kourou, les habitants présents ont pu prendre connaissance de la situation financière de leur ville. En 2014, la commune était dans une impasse budgétaire de vingt-quatre millions d’euros. Ce chiffre se divisait en trois élémentss : 14,2 millions de dette envers les fournisseurs, six millions de factures en dehors de la comptabilité, ajouté à un déficit annuel de 4,8 millions d’euros.

Depuis 2014, un effort de redressement a été effectué à travers plusieurs actions : la vente de la Société immobilière de Kourou (Simko) qui a permis de payer la dette fournisseur, la mise en place d’une comptabilité rigoureuse, l’augmentation des recettes de 4,2 millions entre 2014 et 2019 en parallèle d’une diminution des dépenses de 619 000 euros, pour aboutir à une réduction de la dette de 6 millions d’euros entre 2014 et 2019.

Cocoteraie, école Saba, Village saramaca

Forte de cet assainissement budgétaire, la ville compte investir 20 millions d’euros en 2019, à travers des projets qui ciblent l’éducation, l’aménagement, la sécurité ou l’équipement : aménagement de la Cocoteraie, réhabilitation de l’église du Bourg, du cimetière, reconstruction de l’école Maximilien-Saba, réhabilitation du réfectoire de l’école émile-Nézès, acquisition de divers équipements pour les services municipaux, mise hors d’eau du Village saramaca ou encore rallongement de la piste cyclable figurent parmi les investissements prévus.

20 millions d’euros engagés pour 2019

Les trois élus de l’opposition présents ont, à ce titre, soulevé plusieurs questions. Isabelle Niveau a demandé une explication sur les investissements en terme d’éducation, car la somme investie pour la future école Saba représente les trois quarts de la ligne budgétaire consacrée à l’éducation.

L’ancienne alliée de François Ringuet, passée dans l’opposition, a également demandé des précisions sur le plan de départ en retraite des agents municipaux. Certains postes sont nécessaires. Elle se demande s’ils seront remplacés ?

Enfin, elle a rappelé que la ville n’ayant pas encore terminé ses projets mis en place l’an dernier, en sera-t-il de même cette année ?

Suite à ces échanges, les onze points ont été votés. Parmi eux, l’approbation des comptes de gestion et administratifs 2018, l’affectation des résultats de l’exercice 2018 relatifs au budget principal et annexes, les taux de fiscalité 2019, le budget primitif et les budgets annexes 2019, le plan pluriannuel d’investissements, la cession de dix bus, l’avis annuel des marchés publics conclus en 2018, les indemnités de départ volontaire de la fonction publique.

Les trois derniers points ont été voté à l’unanimité par les élus, de la majorité comme de l’opposition, puisqu’il s’agissait de lever trois clauses spéculatives concernant des parcelles de terrain, afin de permettre à des personnes âgées et malades de pouvoir finir leurs jours dans la sérénité, ce qui a également ramené de la tranquillité en cette fin de conseil.

Aurélie PONSOT

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

alfredo 13.04.2019
Un peu de cohérence éditoriale FG:

Il y a 4 ans de cela sous la plume de votre journaliste Pierre Yves Carlier vous expliquiez à juste titre, que le déficit de 24 millions d'euros du budget 2015 ( d'ailleurs annulé par une décision de justice ) était à 2/3 de la responsabilité de l'actuelle municipalité. Celle-ci ci voulant tactiquement exprimer les besoins de la ville.Par ailleurs en 2017 et 2018 ( revisitez vos propres archives), vous avez titré un budget excédentaire de la ville de Kourou.Or aujourd'hui, vous parlez de réduction de déficit à 6 millions d'euros.Le lecteur aussi militant que vous, est perdu!!!A l'approche des élections FG risque de se discréditer !

Répondre Signaler au modérateur
alfredo 16.04.2019

Pa blag non: du grand n'importe quoi!

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
A la une
1 commentaire