France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Législative partielle : Voici les huit candidats, faites votre choix

Bernard DORDONNE Lundi 26 février 2018
Législative partielle : Voici les huit candidats, faites votre choix

Huit candidats ont fait acte de candidature pour la législative partielle du 4 et 11 mars dans la deuxième circonscription de la Guyane qui commence à Macouria jusqu'au fleuve Maroni. Lenaïck Adam, candidat de La République en Marche est soutenu par le président de la Collectivité territoriale. Son élection de juin 2017 a été invalidée par le Conseil constitutionnel. Davy Rimane, leader syndical, signataire de l'Accord de Guyane est à l'origine de l'annulation des élections législatives de juin. Le maire de Roura et présidentde l'association des maires de Guyane, David Riché, fait figure d'outsider plus que sérieux. Jean-Philippe Dolor, ex-directeur de campagne de Lenaïck Adam, José Makébé, chef d'entreprise lui aussi d'origine bushinengué, Jérôme Harbourg, pour le Front national, et Georges Mignot, pour l'Union populaire républicaine (UPR) peuvent créer la surprise. Une triangulaire n'est pas impossible dimanche soir.

Lénaïck Adam : « Les Guyanais, l'essence de mon combat »
Lénaïck Adam (DR) -


« Je me bats parce que la Guyane est ma terre et les Guyanais l'essence de mon combat » . C'est le slogan de campagne de Lénaïck Adam et de sa suppléante Véronique Jacaria, maire de Saint-Èlie. Un combat qui lui permet de revendiquer en à peine six mois de mandat de député, 40 millions d'euros dédiés à la Guyane pour se doter en infrastructures numériques, l'internationalisation du Chog (centre hospitalier de l'Ouest guyanais), et le décret qui donne compétence à la Guyane sur les titres miniers en mer.
Dans une lettre adressée aux électeurs de la deuxième circonscription, Lénaïck Adam répond aux critiques qui lui sont faites, notamment qu'il ne propose pas de questions au gouvernement : « La discrétion n'est pas un tort lorsqu'elle sert l'efficacité du combat » , rappelle-t-il.
« L'invalidation du dernier scrutin par le Conseil constitutionnel, au motif d'une « irrégularité administrative » et eu égard au faible écart de voix, n'est en aucun cas de ma responsabilité. Je reste en dépit des attaques de toutes parts, animé par la volonté de mettre mon énergie et ma force de travail au service de la Guyane. Ma détermination n'a jamais été aussi puissante qu'aujourd'hui. D'autant plus que nombre de ces attaques ne sont pas seulement dirigées contre moi : elles visent aussi notre société dans son ensemble » .
Dans cette même lettre, le conseiller territorial indique que son combat porte sur le retard structurel spécifique de la deuxième circonscription. Il écrit encore « que son combat est celui de la liberté, de l'éducation pour tous nos enfants, de nos aînés, de la sauvegarde et de la transmission de notre culture, du développement économique, de l'intégration de notre Guyane dans son environnement régional, de l'exigence de l'application de l'Accord de Guyane, de l'obtention des dérogations et des adaptations à nos réalités spécifiques. La Guyane pour laquelle je me bats est celle de la reconstruction et de l'avenir. C'est celle d'un peuple dont l'identité repose sur la force de l'unité, un peuple riche de ses différences et qui a le courage d'avancer ensemble, un peuple qui se regarde avec confiance et estime. »
Georges Mignot : « Pour libérer la Guyane de la tutelle de Bruxelles »
Georges Mignot veut un frexit (BD) -
Georges Mignot, le candidat UPR (Union populaire Républicaine) le promet, s'il est élu député de la deuxième circonscription, il va se battre pour faire respecter les droits des Guyanais.
« Je mettrai en lumière, à l'Assemblée nationale, les liens entre nos difficultés locales et nationales et l'Union européenne.
J'examinerai les recours pour la mise en place d'un nouveau référendum sur l'article 74 de la Constitution française. Je m'opposerai fermement aux projets de méga-mines industrielles. Je me mobiliserai pour sauver notre pêche artisanale et notre agriculture familiale, en favorisant la permaculture, l'agriculture biologique et raisonnée.
Je demanderai l'instauration du référendum d'initiative populaire pour les questions locales. Je proposerai des améliorations de lois adaptées à notre territoire notamment sur la sécurité, la justice, l'éducation. »
Pour Georges Mignot et son suppléant Bernard Taddéï, qui fulminent contre le projet de la Montagne d'or, les neuf premiers mois de la présidence d'Emmanuel Macron confirment les analyses de leur parti politique. « L'Accord de Guyane est piétiné par un gouvernement de façade qui cache la relation de cause à effet qui existe entre les politiques d'austérité et de régression sociale et notre appartenance à l'Union européenne » , indiquent le candidat et son suppléant. Le candidat propose pour échapper à « une catastrophe annoncée » , d'intervenir à la source de ce problème d'envergure nationale, en sortant de l'Union européenne, afin de « reprendre le contrôle de notre destin. »
Jean-Philippe Dolor : « L'audace pour bâtir la Guyane »
Jean-Philippe Dolor (à droite) (DR) -
En faisant acte de candidature aux élections législatives partielles de la seconde circonscription, Jean-Philippe Dolor avec son suppléant Rodrigue Azor ont fait le choix de l'audace pour bâtir la Guyane. C'est d'ailleurs leur slogan de campagne.
« Avec audace, je m'attacherai à actionner tous les leviers au niveau local et à fédérer l'ensemble des communes, les intercommunalités, la collectivité territoriale de Guyane, les associations, les socio-professionnels, les syndicats, afin de porter et de défendre sur le plan législatif le projet Guyane.
Jean-Philippe Dolor a l'intention de porter au niveau du parlement et du gouvernement trois enjeux majeurs. « La promotion de la prévention de la santé, et la modernisation ainsi que le développement des structures sanitaires. Beaucoup trop de Guyanais quittent notre territoire pour des raisons de santé, devenant ainsi des exilés sanitaires.
« La lutte contre l'insécurité et le maintien de l'ordre public seront au coeur de mes préoccupations par un renforcement des moyens humains et matériels, par la coopération transfrontalière, par le durcissement de l'arsenal juridique mais surtout en mettant le curseur sur la prévention de la délinquance et singulièrement des jeunes.
L'économie, véritable carrefour des politiques publiques, constitue la pierre angulaire de notre vision pour bâtir la Guyane. Il n'y a pas d'économie sans éducation, sans aménagement du territoire, sans désenclavement du territoire par la construction de la route reliant les communes du Haut-Maroni et Saül, sans investissement énergétique et numérique.Je veillerai au contrôle de l'application stricte des accords de Guyane. S'agissant du projet de la Montagne d'or, je prône pour une expertise préalable et indépendante avant toute prise de décision formelle. J'appelle de mes voeux à une consultation populaire sur le sujet, car en démocratie le pouvoir appartient au peuple, qui l'a rappelé lors de la marche historique du 28 mars 2017. »
Les dix priorités de Jérôme Harbourg
Jérôme Harbourg âgé de 21 ans se présente à la députation (DR) -
Pour Jérôme Harbourg, du Front National (FN), sa candidature est une occasion unique d'apporter un souffle nouveau à l'Assemblée.
1- Rétablir l'ordre en Guyane qui a le triste record d'insécurité en France, en renforçant la police, la gendarmerie, les douanes et l'armée.
2- Stopper immédiatement l'immigration massive et contrôler nos frontières. Stopper la pompe aspirante de l'immigration en coupant dans les allocations pour les étrangers.
3- Expulser les criminels et les délinquants étrangers.
4- Soutenir les entreprises guyanaises face à la concurrence internationale déloyale par la mise en place d'un protectionnisme intelligent.
5- Soutenir les filières agricoles et maritimes guyanaises, en créant un fond de financement.
6- Privilégier les PME/TPE dans la commande publique.
7- Instaurer la priorité nationale pour le logement et l'emploi.
8- Reconstruire une école exigeante, défendre notre culture et notre identité.
9- Restaurer la démocratie grâce au vote à la proportionnelle et au référendum d'initiative populaire.
10- Assurer à tous les Guyanais, l'accès rapide à la santé et le remboursement intégral des soins dentaires, oculaires, auditifs.
David Riché : « Notre parti, la Guyane »
David Riché lors de son meeting à Kourou, samedi soir (DR) -
QUEL EST VOTRE PROJET POUR LA SANTÉ ?
Je veux défendre le droit pour les Guyanais de bénéficier d'un système médical efficace. Je me battrai pour que des centres pluridisciplinaires de santé soient implantés dans chacune des communes de l'Ouest guyanais. Nous ne sommes pas à l'abri d'une catastrophe, or le don de sang est interdit en Guyane depuis 2005. Le sang guyanais n'est pas inférieur aux autres. J'exigerai l'abrogation de cette discrimination.
AVEZ-VOUS UNE SOLUTION POUR L'ACCUEIL DES ENFANTS À ÉCOLE ?
Augmenter drastiquement le nombre d'intervenants notamment en langue maternelle (ILM) pour faciliter et améliorer l'accueil des enfants et systématiser l'accueil en maternelle dès 2 ans pour une meilleure sociabilisation des enfants.
QUE PROPOSEZ-VOUS POUR L'EMPLOI ?
Exonération de charges pour les entreprises de leur création à leurs trois ans d'existence ; aides à l'emploi d'une durée de trois ans ; rationaliser et amplifier l'aide à la formation ; relancer le BTP à l'aide d'une défiscalisation pérenne sur le territoire ; combattre le travail informel qui représente une concurrence déloyale pour nos artisans ; renforcer les installations agricoles et dynamiser le développement touristique.
ET LA SÉCURITÉ ?
Rendre accessible le droit et la justice partout. Créer un commissariat de police à Saint-Laurent et à Kourou.
Combattre fermement l'orpaillage illégal par une augmentation drastique des moyens du plan Harpie.
QUE FAIRE POUR NE PAS RESTER LES OUBLIÉS DE LA RÉPUBLIQUE ?
La loi sur l'égalité réelle doit nous permettre d'assurer à chacun l'accès à ces services fondamentaux pour la vie courante : eau potable, électricité, numérique, santé. Faciliter la naturalisation des personnes qui résident depuis de nombreuses années sur le territoire.
Un avenir pour tous avec Richard Joigny
Richard Joigny et Claire Albanesi ont uni leurs forces pour ce scrutin (DR) -
Richard Joigny, du parti progressiste guyanais et Claire Albanesi, du mouvement Guyane alternative ont un seul leitmotiv en faisant acte de candidature à la prochaine élection législative partielle de la seconde circonscription : Transformer la société Guyanaise et envisager un avenir pour tous.
Ils sollicitent les suffrages des électeurs « pour qu'ensemble nous changions notre quotidien » répètent Richard Joigny et son équipe tout au long de la campagne. « Un nouveau modèle de société où chacun est acteur du développement et non spectateur des multinationales qui privilégient les profils au détriment de nos vies. Une société ambitieuse qui donne priorité à l'innovation, à l'excellence avec pour objectif suprême l'amélioration du quotidien de tous. Ce projet de société se base avant tout sur la transition écologique et énergétique afin de créer, développer et structurer les filières créatives d'emplois durables. » Concernant l'école, Richard Joigny la veut gratuite de 3 à 18 ans. « Notre première richesse est notre jeunesse et investir dans l'éducation, c'est construire l'avenir. Nous proposons la restauration scolaire gratuite pour tous afin de réduire les inégalités scolaires, indique Richard Joigny qui conclut, pendant trop longtemps les représentants politiques nous ont menti et trahi, à tel point que nous n'avons plus confiance en la classe politique actuelle. Ce sont les mêmes qui nous ont menés à cette situation dramatique : services publics déficients, chômage de masse, coût de la vie exorbitant, freins à l'innovation et au développement, dépendance aux monopoles économiques.
Davy Rimane : « Voter des lois simples, compréhensibles! »
Davy Rimane et Marie Naïsso (DR) -
POURQUOI REPARTEZ-VOUS AU COMBAT ?
J'ai une conviction : la politique peut améliorer nos vies. Je crois qu'en essayant chacun d'améliorer le monde à notre échelle, alors le monde s'améliore globalement. Je veux participer à rendre nos vies meilleures en Guyane. C'est la raison pour laquelle, si je suis élu, je soutiendrais uniquement les projets industriels qui s'inscrivent dans le projet Guyane, celui d'un développement durable respectueux de l'environnement guyanais et de la santé de nos populations.
QUELLES SONT LES LOIS QUE VOUS ALLEZ VOTER ?
Je veux contribuer à écrire et à voter des lois simples et compréhensibles, qui s'adaptent à nos réalités et nous permettent de venir à bout de nos difficultés. Je me battrai contre ces lois qui nous empêchent et nous limitent dans nos possibilités. Je m'engage, aux côtés de ma suppléante, à rendre compte régulièrement de notre action à l'Assemblée nationale pour échanger, informer et débattre, mais aussi pour nous nourrir des attentes du territoire.
COMMENT ALLEZ-VOUS ORGANISER VOTRE TRAVAIL ?
Dans cet exercice, comme dans d'autres, je saurai compter sur l'expérience de la France Insoumise qui m'apporte tout son soutien. Un député évalue les politiques publiques.
Je m'engage à organiser des ateliers législatifs pour débattre des travaux de l'Assemblée nationale. Je m'engage également à organiser en amont de votes importants ou sur demande de la population, des consultations populaires.
Les propositions de Makébé et Thérèse pour construire la Guyane
José Makébé et Jocelyn Thérèse (DR) -
- Je mettrai en place une charte morale de solidarité, qui garantira l'accès à l'eau potable, assainissement, électricité, santé, éducation et logement.
- Je ferai signer une convention d'équilibre territorial pour agir sur le désenclavement de nos communes éloignées, à travers la planification d'un réseau routier viable et ambitieux.
- Je défendrai avec détermination, les engagements ratifiés dans les Accords de Guyane du 21 avril 2017.
- J'envisagerai une coopération frontalière avec les opérateurs du Suriname et du Brésil, afin de répondre aux insuffisances des récents accords historiques entre les opérateurs mobiles et l'État.
- Je soutiendrai les filières agricoles et de la pêche pour par venir à l'autosuffisance alimentaire.
- J'appuierai les demandes de dotations supplémentaires pour nos collectivités locales..
- Je soutiendrai les missions du grand conseil coutumier de Guyane dans la défense de leurs droits et de leurs cultures. Je créerai un espace citoyen dans chaque bassin de vie.

 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
4 commentaires

Vos commentaires

aucun 26.02.2018
ceci étant dit ...

bien vu les discussions (disputes ?) de clochers, ceci étant dit, j'avoue que pour quelqu'un un minimum patriote-autonomiste, le choix n'est pas évident. au moins 3 candidats défendent des positions très intéressantes. après, reste la crédibilité et le "poids" politique de chacun, ceci considéré, le choix devient déjà un peu plus évident. à suivre.

Répondre Signaler au modérateur
ECRIVAIN 26.02.2018
contribuer à écrire et à voter des lois simples

Tous les candidats ont une vision d'avenir, même le candidat fn fait des propositions, mais un seul se contente d'un programme très vague, basé sur du pur "bloublou", il veut contribuer à écrire des lois simples à son image de simplet, devinez qui est ce candidat? (Afin d'éviter de voter pour lui).
À part bloquer les routes, couper le courant, arriver en retard aux rendez-vous des accords de guyane, faire annuler une election, organiser une émeute, qu'à t'il fait pour la guyane?

Répondre Signaler au modérateur
Ta race Boulba 26.02.2018
.......

Chacun est libre de voter en son ÂME ET CONSCIENCE...
Mais, en votre âme et conscience,justement, trouvez vous normal qu'une population soit obligée de descendre dans la rue et de prendre tout le monde en otage pour avoir le stricto minimum de l'urgence ( écoles etc...)alors qu'on fait partie à part entière d'une république ( pas du tout solidaire) où la devise est liberté égalité fraternité ???
On subit un tas de loi inadaptée, toutes les tares de l’assistanat et les dérives que cela engendre... Franchement : EN VOTRE AME ET CONSCIENCE.........................................................

Répondre Signaler au modérateur
Ta race Boulba 26.02.2018
.......

Chacun est libre de voter en son ÂME ET CONSCIENCE...
Mais, en votre âme et conscience,justement, trouvez vous normal qu'une population soit obligée de descendre dans la rue et de prendre tout le monde en otage pour avoir le stricto minimum de l'urgence ( écoles etc...)alors qu'on fait partie à part entière d'une république ( pas du tout solidaire) où la devise est liberté égalité fraternité ???
On subit un tas de loi inadaptée, toutes les tares de l’assistanat et les dérives que cela engendre... Franchement : EN VOTRE AME ET CONSCIENCE.........................................................

Répondre Signaler au modérateur