En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
CAYENNE

Une élection atypique pour un combat de chefs

Bernard DORDONNE Jeudi 05 avril 2018

La clôture du délai de dépôt des déclarations de candidature pour le premier tour des élections municipales des 22 et 29 avril à Régina-Kaw, c'est aujourd'hui à 18 heures. Les trois anciens maires sont candidats. Explications sur le mode de scrutin.

Les prétendants aux municipales de la commune de Régina-Kaw des 22 et 29 avril ont jusqu'à aujourd'hui, 18 heures, pour déposer leur déclaration de candidature pour le premier tour au bureau des élections de la préfecture de la Guyane.
Suite à la dissolution du conseil municipal de Régina-Kaw annoncée le 8 février dernier dans France-Guyane, le préfet a nommé une délégation composée de deux fonctionnaires de la préfecture, Marie-Lucie Corneille et Franck-Olivier Revillet, et d'un ancien directeur des douanes Philippe Griset. C'est d'ailleurs ce dernier qui remplit les fonctions de maire jusqu'à ce que le conseil municipal soit reconstitué.
Parmi les habitants qui feront acte de candidature, on est certain que les trois anciens maires de Régina, le maire sortant Michel Quammie élu en 2014, l'ancien maire de 2004 à 2014 Justin Anatole et Pierre Désert, maire de 1977 à 2004, briguent un nouveau mandat. Ils ont reçu mandat de plusieurs autres habitants pour que ces derniers figurent sur la liste qu'ils ont déposée à la préfecture. Antoine Madère, un agriculteur de la commune, sera lui aussi de nouveau candidat.
UNE ÉLECTION PARTICULIÈRE
Il s'agit d'une élection particulière et atypique pour cette commune de 946 habitants et 515 inscrits sur la liste électorale. La singularité du mode de scrutin avait entraîné lors des élections de 2014, l'annonce des résultats à 6 h 30 du matin.
En effet, depuis la loi du 17 mai 2013, dans les communes de moins de 1 000 habitants, le scrutin est majoritaire, plurinominal, à deux tours. Les candidats se présentent sur une liste, mais les électeurs peuvent modifier les listes, panacher, ajouter ou supprimer des candidats sans que le vote soit nul. Les listes incomplètes et les candidatures individuelles sont autorisées.
Contrairement à ce qui se passe pour les communes de plus de 1000 habitants, il n'y a pas d'obligation de parité femmes/hommes.
Une déclaration de candidature est désormais obligatoire, quelle que soit la taille de la commune. La candidature au seul second tour est possible, mais uniquement dans l'hypothèse où le nombre de candidats au premier tour est inférieur au nombre de sièges à pourvoir.
Obtiennent un siège au conseil municipal, dès le premier tour, les candidats remplissant une double condition : avoir obtenu la majorité absolue des suffrages exprimés et recueilli au moins un quart des suffrages des électeurs inscrits. Les suffrages sont décomptés individuellement par candidat et non par liste.
Pour les sièges restant à pourvoir, un second tour est organisé : l'élection a alors lieu à la majorité relative, quel que soit le nombre de votants. Les candidats obtenant le plus grand nombre de voix sont élus. Si plusieurs candidats obtiennent le même nombre de suffrages, l'élection est acquise pour le plus âgé.
Dans les communes de moins de 1 000 habitants, les conseillers communautaires, c'est-à-dire ceux qui représentent les communes dans les organes intercommunaux, sont les membres du conseil municipal désignés « dans l'ordre du tableau » , c'est-à-dire le maire, le premier adjoint, le deuxième adjoint.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

skol973 06.04.2018

Que vient faire Mr DESERT dans cette élection, Après avoir dirigée la commune durant 27 ans et s être enrichi du foncier de cette dernière, sans l avoir développé. Durant la mandature de DESERT, il n'y a jamais eu de projets, pourtant, ils pouvaient bénéficier d un financement à 100% car la commune était considére comme commune enclavée, idem pour Mr ANATOLE. Les 2 anciens maires ne savaient pas monter les dossiers.

Répondre Signaler au modérateur
RAF973 06.04.2018

Ça dépend lesquels .....

Répondre Signaler au modérateur