France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Un nouveau chapitre s’ouvre pour le Char

Vendredi 26 avril 2019
Un nouveau chapitre s’ouvre pour le Char
Le service de chirurgie a été inauguré en présence de Jean Debeaupuis, directeur du Char, du député Gabriel Serville, de Mylène Mazia, présidente du conseil de surveillance du Char, de la maire de Cayenne Marie-Laure Phinéra-Horth et de la présidente de l'ARS, Clara de Bort - Angelique GROS

Les nouveaux services du Centre hospitalier Andrée-Rosemon ont été inaugurés hier alors que la mission de l’administration provisoire s’achève.

Un service de chirurgie opérationnel

Après deux ans de travaux et 5 millions d’euros d’investissement, les services de chirurgie, opérationnels depuis le début du mois, ont été officiellement inaugurés hier. Ces unités sont organisées en deux plateaux neufs d’hospitalisation complète toutes spécialités, 30 lits de chirurgie non programmée et 29 lits de chirurgie programmée (FA Guyane du 3 avril).

Équipements de pointe en neurologie

La neurologie s’est installée mi-avril dans une ancienne unité de chirurgie viscérale. Encore en rénovation le service passera de 13 lits dont 6 monitorés à 20 en juillet et s’est doté d’équipements de pointe. « On a des outils de monitoring qui permettent de surveiller plusieurs constantes en même temps, de la vidéo EEG pour les patients épileptique, des outils de télétransmission, indique le Pr Bertrand de Toffol, qui achèvera sa mission en novembre. Désormais on a cinq praticiens formés dans le service. »

L’AVC pris en charge

Sur ces 20 lits en neurologie, 12 seront dédiés à la prise en charge de l’AVC. Alors que le professeur Bertrand de Toffol indique que le taux d’AVC est deux fois plus fréquent en Guyane qu’au plan national, ce service sera en lien avec les trois services d’urgence de Guyane dans le cadre du Groupement hospitalier territorial (lire ci-contre) et en lien avec le CHU de Besançon en matière de télé-expertise et d’imagerie. L’unité de neurologie sera complétée en juillet par 9 lits de semaines d’endocrino-diabétologie.

Service post-urgence

La rénovation des services de médecine pour 2 millions d’euros doit s’achever en août. Elle a permis l’organisation d’une unité de médecine interne de 12 lits et une de néphrologie de 8 lits. Alors que le docteur Jean-Marc Pujo, chef des urgences, indique que la fréquentation de son service est passée de 120 patients en moyenne par jour à 150, 10 lits de post-urgence ont été créés. Ils permettront de désengorger le service d’hospitalisation de courte durée des urgences. Une troisième unité de médecine, dont la rénovation sera achevée en septembre, regroupe la pneumologie et l’hépato-gastro-entérologie.

A. G.

Jean Debeaupuis, directeur du Char

Mardi, Christophe Robert vous remplacera à la direction du Char. Quel bilan tirez-vous de votre mission de six mois ?

Il est encore un peu tôt pour un bilan mais ce qu’on peut dire, c’est qu’on a réussi à ré-attirer des professionnels et des directeurs adjoints pour reconstituer l’équipe de direction. On a relancé tous les projets préparés par l’hôpital et livré de nouveaux services. C’est un hôpital qui a désormais de très bons atouts, des équipes et des plateaux techniques de grande qualité.

Une première étape du plan de modernisation s’achève mais de nombreuses autres opérations sont à venir...

Le plan d’investissement d’urgence de 22 millions d’euros est quasiment terminé aujourd’hui et c’est ça qui a permis d’apporter le confort optimal dans les plateaux de chirurgie et la rénovation déjà très belle des plateaux de médecine. On est à peu près à mi-chemin sur la médecine, il reste encore à faire d’ici à 2022 tout ce qui concerne la réanimation, les soins intensifs, le regroupement des consultations externes et des hôpitaux de jours. En tout cas le projet a été approuvé, il est financé et nous avons retravaillé son calendrier.

Qu’en est-il de la trésorerie du Char ?

Les aides exceptionnelles de l’État de 17 millions d’euros pour la troisième année d’affilée et l’apurement de certains restes à recouvrer nous ont permis de ramener le délai de paiement aux fournisseurs à la norme règlementaire.

Propos recueillis par Angélique GROS

Jean Debeaupuis - Angelique GROS
Le plan de modernisation 2019-2022

La reconstruction de trois CDPS (Papaïchton, Apatou, Camopi) sur le modèle réalisé en 2018 à Grand-Santi, pour un total d’environ 8 millions d’euros.

Une modernisation complète du pavillon de médecine et chirurgie de 1992 pour plus de 20 millions d’euros.

La création du bâtiment d’enseignement et de recherche en lien avec l’Université de Guyane et l’université des Antilles pour 8 millions d’euros.

La création d’une maison d’accueil hospitalière, hébergement non médicalisé destiné aux patients des communes de l’intérieur pour 5 millions d’euros.

Le regroupement des services administratifs dans le pavillon Esquirol pour 1 million d’euros.

Philippe Ruinaut, un patient

« J’ai régulièrement été hospitalisé en cardiologie et par rapport à l’ancien service, c’est le jour et la nuit. C’est un autre standing, il y a la climatisation et tout fonctionne ! »

Philippe Ruinaut - Angelique GROS

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

mica 26.04.2019
J'en reviens.

Hé oui! chambre particulière,climatisation,salle d'eau spacieuse bien équipée, surtout un personnel aimable,attentionné,visites des médecins samedi et dimanche avec le sourire.Franchement rien à dire,un grand merci à tout le personnel de ce service.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une
3 commentaires