France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

17 urgentistes du Char jettent l'éponge

A.G Vendredi 4 Mai 2018 - 16h39
17 urgentistes du Char jettent l'éponge
Le centre hospitalier Andrée-Rosemon (photo d'archives)

Jeudi, dans un courrier adressé collectivement à leur direction, 17 des 25 urgentistes du Centre hospitalier Andrée Rosemon à Cayenne ont remis leur lettre de démission ou de mise à disposition.

Si les lettres des 15 praticiens ont été acceptées, elles ne prennent heureusement pas directement effet puisqu'un préavis de deux mois est prévu dans leur contrat. Les 3 demandes de mise en disponibilité des praticiens hospitaliers "ne sont pas acceptées dans l'immédiat" explique le Char. Cette bombe dans le paysage sanitaire guyanais a soulevé de nombreuses réactions de soutien de la part des politiques. Plus d'infos dans notre édition de demain.
PLUS DE DÉTAILS À LIRE SAMEDI DANS FRANCE-GUYANE

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

cleo 05.05.2018

« 17 médecins qui démissionnent »
Geste fort , mais lourd de conséquence ... Cette nouvelle alarmante est tombée hier et jusqu’à ce soir , il n’y a que le « député Gabriel Sérville qui a réagit !!!
Et les autres élus GUYANAIS , qu’est ce qu’ils en pensent , où sont t’ils ???
Lâcheté !!!!!!!


Répondre Signaler au modérateur
kiki973 04.05.2018
Notre CMCK pas encore un soviet...

Fonctionne encore dans un esprit d'établissement privé mais cela ne va pas durer longtemps. Les urgentistes de Cayenne seront les bienvenus à Kourou.
Protégeons nous des soviets de l'hôpital publique !

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 05.05.2018
kiki

Les investissements à faire ne dépendent pas des soviets locaux. Le soviet contrôleur est l'ARS.
Que disent les médecins démissionnaires ?

Répondre Signaler au modérateur