France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

« Les usagers viennent à la dernière minute »

Propos recueillis par Prince ESSONNE MFOULOU-ZÉ Mercredi 16 mai 2018
« Les usagers viennent à la dernière minute »
Marc Donis estime que la situation actuelle à l'hôtel des impôts n'a rien d'exceptionnelle (RN)

L'hôtel des impôts de Cayenne est pris d'assaut depuis deux jours. Les flux de fréquentation des lieux ont brusquement augmenté à l'approche de la date limite de déclaration des impôts. Ce phénomène se répète chaque année et semble ne pas trouver de solutions. Marc Donis, le directeur du centre financier de Cayenne, s'en explique.

Qu'est-ce qui explique que l'hôtel des impôts soit submergé depuis quelques jours ?
Submergé, je ne dirais pas ça. Disons que les flux sont importants et nécessitent une bonne organisation pour être gérés. C'est entre 7 h 15, à l'ouverture, et 9 heures que nous avons le maximum de gens, parfois 300 ou 400 personnes, de tout profils. Il y a les habitués qui viennent pour payer leurs impôts, régler leurs amendes, ou prendre des conseils sur la fiscalité ou le foncier. Il y a les primo-déclarants, très nombreux parmi les migrants, sans doute parce des gens leur font croire qu'en faisant une déclaration d'impôts ou de non imposition, ils bénéficieront d'allocations. Mais en réalité, toute démarche administrative nécessite de justifier de ses moyens. N'empêche que nous leur remettons une déclaration avec une notice portant la liste des documents nécessaires. Certains sont des gens qui font leur déclaration en ligne, mais qui viennent pour obtenir leurs identifiants. Il faut quand-même dire que certains usagers choisissent de venir à la dernière minute. Il n'y a pas de dysfonctionnement en réalité.
Le phénomène se répète pourtant chaque année ?
Il est vrai que si l'on disposait de guichets supplémentaires, il faudrait également du personnel supplémentaire. Mais en mettant en rapport les flux « normaux » , c'est à dire hors campagne fiscale, et les flux en campagne, une situation comme celle que vous voyez n'est réelle que sur une semaine ou une semaine et demi. Est-ce que cela justifie des investissements supplémentaires qui demanderaient jusqu'à la modification du bâtiment ?
Les gens parlent de problème de gestion du stress par les agents.
Mes agents font le maximum et restent courtois. Cependant, en face, on a parfois des gens qui sont un peu énervés et qui, parce qu'ils doivent attendre, sont sujet au stress. Mais il n'y a pas d'incorrection en tant que tel.
Qu'est-ce qui attend ceux qui n'auront pas déclaré dans les délais ?
Normalement, ils seront majorés de 10%. Néanmoins, on a encore jusqu'au soir du 17 mai, puisque nous ne relèverons les boîtes que le 18 et jusque-là, il n'y aura pas de majoration, comme il n'y aura pas de prorogation des délais par la suite.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

joko973 16.05.2018

"Il y a les primo-déclarants, très nombreux parmi les migrants, sans doute parce des gens leur font croire qu'en faisant une déclaration d'impôts ou de non imposition, ils bénéficieront d'allocations" Peu d'entre eux croient cela. La majorité, bien conseillée, récolte un maximum de documents attestant de leur présence sur le territoire pour une future demande de titre de séjour...

Répondre Signaler au modérateur