France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK

« Nombreux ont du talent mais ils ne sont pas vus »

« Nombreux ont du talent mais ils ne sont pas vus »

La neuvième édition du camp Kévin-Séraphin s’est terminée dimanche dernier, avec pas moins de cinquante participants. Trois qui ont été repérés par les coachs. Ils rejoignent un club pro français. Sylène Séraphin, mère du basketteur, fait le point.

Nous sommes à la neuvième édition du camp Kévin-Séraphin. Combien de jeunes avez-vous accueillis depuis le début?

Je ne peux pas faire de compte depuis le début jusqu’à maintenant car il y a eu du changement au fil du temps. 

Lorsque nous avons débuté, le camp durait deux jours et demi, sur lesquels nous accueillions de 50 à 70 jeunes. L’un des stages se composait de jeune de 12 à 15 ans et un autre de 15 à 20 ans. Par la suite, nous avons changé la formule, les coûts et le nombre de jours....

France-Guyane 557 mots - 19.07.2019
L’accès à la totalité de ce contenu est payant ou réservé aux abonnés
Déjà abonné(e) ?

Identifiez-vous

Mot de passe oublié

Abonnez-vous

À partir de 8€ /mois

Achetez une formule à l'acte

Accès au site pendant 24h A partir de 1,70€
Voir toutes les offres