France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Escale à l'îlet La Mère

Audrey VIRASSAMY Mardi 17 juillet 2018
Escale à l'îlet La Mère
Le fromager siamois à admirer sur le sentier du tour l'île. (DR)

À une vingtaine de minutes de la marina de Degrad-des-Cannes, l'îlet La Mère est le seul des ilets de Rémire à accueillir le public. Celui qui y pose le pied se prépare à rencontrer des hordes de petits singes saïmiris peu farouches.

La légende raconte que le Père, la Mère, leur fils et leurs filles, Les Mamelles se promenaient en compagnie de leur serviteur le Malingre. La famille d'îlots, surprise par un rez-de marée a échoué à l'embouchure du Mahury. Le dernier de la famille a dérivé. Le Malingre a été envoyé à sa recherche mais n'a pu la rattraper. Et depuis, l'Enfant perdu est accroché bien loin de sa famille. Aujourd'hui, l'un des deux sentiers de l'île permet de jeter un oeil à la « famille » ainsi dispersée à partir de différents points de vue.
HORDES DE SAÏMIRIS
Le Conservatoire du littoral qui se charge de la gestion des îlets de Rémire depuis 2005 a aménagé deux sentiers pour la balade : un premier qui fait le tour de l'île et un second qui permet de se promener sur la crête de l'îlot. Le tour de l'île s'effectue en un peu plus d'une heure. Si le visiteur démarre sa balade en partant à gauche au débarcadère, il pourra terminer sur une petite plage ombragée. Là, des polissoirs témoignent d'une présence amérindienne lointaine.
Au fil du temps, l'île a été occupée de diverses manières. Fin XVIIIe, elle été occupée par une ferme. Au XIXe siècle elle est affectée au bagne et reçoit des déportés politiques. Vingt ans après, le bagne ferme.
Au début des années 80, l'Institut Pasteur y développe un élevage de saïmiris dans le cadre d'expérimentations sur le paludisme. Ce sont ces derniers occupants de l'île qui en font un des charmes. À noter que le nourrissage de singes est interdit : il les rends dépendants de l'homme et parfois agressifs. Et - faut-il le rappeler ? - leur capture est punie par la loi.
Durée : 1h30 pour le tour de l'île. Idem pour le sentier crête. Bon à savoir : en cas de morsure de singe, le traitement contre la rage est obligatoire. Encore une fois : prudence! Les singes ne mordent que pour se défendre ; il ne faut donc pas tenter de les attraper et encore moins de les capturer. Comment s'y rendre ? Avec Wayki Village. Contact : 0594 28 01 04. On peut s'y rendre avec sa propre embarcation en faisant attention à la mer souvent houleuse.
Les singes se laissent observer sans difficulté (DR)
Les traces du bagne sont encore visibles. (DR)

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

foxtrot-yankee 17.07.2018
réchauffé ?

Cher France Guyane,
Un article intéressant, tout comme celui sur le "cimetière végétal de Saint-Jean", mais qui sentent le réchauffé ! Je me rappelle les avoir lus dans le magazine l'année dernière !
N'y a-t-il rien de neuf ? Ou préparez vous un supplément tourisme ?
Amicalement, et assidûment

Répondre Signaler au modérateur