France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

À Macouria, un front commun pour la sécurité

Samedi 13 juillet 2019
À Macouria, un front commun pour la sécurité
Devant les locaux communs regroupant entre autres, le poste commun gendarmerie-police municipale: de gauche à droite, Farouk Amri, Blandine Bintoul, du CLSPD, Mylène Barrachèche, secrétaire, le brigadier Patrick Séligny. - hespels

Regrouper gendarmes et policiers municipaux en un même local, c’est ce qui vient d'être réalisé à Soula, pour une meilleure sécurisation du quartier.

«Plus nous sommes proches de nos administrés, plus nous sommes entendus, écoutés et convaincants. » Une évidence criante pour Farouk Amri. Le directeur de la stratégie et du développement local (DSDL) de Macouria fait référence à la récente ouverture d’un service commun de gendarmerie et de police municipale dans le quartier de Soula, avenue Pripri.

« Cela a toujours été une volonté du maire Gilles Adelson de sécuriser ce quartier en plein devenir. Pensez que d’ici trois ans, ce quartier comptera 10 000 habitants. » Installé dans des locaux coquets, qu’il partage conjointement avec le conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD*), le point CAF et le service de médiation, ce poste conjoint gendarmerie-police municipale accueillera les administrés les mercredis après-midi et samedis matins. « Mais les plages d’ouverture sont appelées à s’étendre », souligne Farouk Amri. Il précise que d’ici à la rentrée de septembre, ce dispositif de sécurité sera complété par une équipe de quatre personnes, deux adultes-relais et deux services civiques.

« Ces agents sillonneront le quartier, iront à la rencontre des habitants, recueilleront avis et remarques. Il ne s’agira pas de sanctionner, évidemment, mais de signaler tout problème ou difficulté, de faire de la prévention en quelque sorte. »

Dernière précision : les personnes désireuses de porter plainte pourront le faire directement au poste de Soula, auprès des gendarmes, ces derniers ayant la qualité d’officier de police judiciaire. Plus besoin de monter au bourg de Tonate !

Michel LE TALLEC* Dirigé par Blandine Bintoul, chargée de mission, ce service  accueille les personnes en difficultés, les conseille,  les redirige éventuellement vers des organismes sociaux ou autres.

Devant les locaux regroupant le poste gendarmerie-police municipale, de gauche à droite : Farouk Amri, Blandine Bintoul, Mylène Barrachèche et le brigadier Patrick Séligny / photo MLT

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
1 commentaire
1 commentaire