France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

J'ai testé pour vous le krav maga

Olivier DUBRÉZIL Mercredi 03 octobre 2018

Le krav maga n'hésite pas à viser les parties vitales et à frapper en dessous de la ceinture (OD)

Le krav-maga a été créé dans les années 1940. C’est une méthode de self-défense utilisant des mouvements simples, rapides et efficaces. Nous avons testé pour vous cette discipline au dojo de Suzini avec le club KMG (krav-maga Guyane).

Ce lundi soir, 18 h 50, je passe la porte du dojo de Suzini, prêt à relever un nouveau défi, m’essayer à un cours débutant de krav-maga. Nous sommes une trentaine. À ma grande surprise, autant de femmes que d’hommes, tous âges confondus.

C’est l’heure de l’échauffement dirigé par les instructeurs, François Remacle et Yamil Karam. Le front en sueur, le rythme cardiaque qui s’accélère progressivement, j’entre dans le vif du sujet. Le krav-maga, c’est avant tout une mise en condition physique.

Après avoir regardé la démonstration d’une technique en vitesse réelle puis en décomposé, le coach nous demande de nous mettre par deux. J’essaie à mon tour de reproduire les gestes. D’un coup sec, je dégage mon cou, avec mes deux mains, de celles de mon partenaire qui simule un étranglement et, dans le même temps, je lui décroche un coup de genou au niveau des parties génitales. Ma technique est encore approximative, mais l’important est d’atteindre la cible avec précision.
« Là ou ça fait mal »

L’action consistait à se dégager d’une situation ou l’agresseur étrangle la victime de face. J’apprends à frapper là où il faut, c’est-à-dire en dessous de la ceinture, le plus souvent, là où ça fait mal, paraît-il… Et quand les rôles s’inversent et que je deviens l’agresseur, je comprends très rapidement l’intérêt de la coquille de protection que l’on nous a recommandé d’enfiler.

S’en suivent quelques exercices d’équilibre, de réactivité et de déplacements, sous forme de jeux, dans une ambiance très décontractée.

Pour terminer la séance, nous effectuons un exercice de percussions, qui consiste à frapper dans un bouclier en mousse avec le genou : une bonne façon de se lâcher !

Je vais terminer avec cette citation du fondateur du krav-maga, Imi Lichtendfeld, qui prend tout son sens : « Ne faites jamais plus que le nécessaire mais faites-le avec la vitesse, la simplicité et la rapidité de décision. »
Le krav-maga, qu’est-ce que c’est ?

Le krav-maga signifie « combat rapproché » en Hébreux. C’est une méthode de combat apparue dans les années 1940. Son fondateur, Imi Lichtenfeld, s’est inspiré de plusieurs autres styles de combat pour créer le sien. Le but étant de trouver un équilibre entre la simplicité et l’efficacité. Cette méthode est utilisée par un grand nombre d’unités d’élites. La self-défense est la charpente de cette pratique. En Guyane, l’enseignement de cette discipline est proposé par le seul club de krav-maga aux antilles-Guyane rattaché à la célèbre Fédération Européenne de krav-maga (FEKM), fondée par Richard Douieb.
Qui peut en faire ?

Le club KMG a fait sa rentrée le 10 septembre. Le krav-maga est ouvert à tout le monde à partir de 14 ans. Pour tout renseignements concernant la discipline et les modalités d’inscription sur www.kravmagaguyane.com.
 
 

 
 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire