France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Le monde du vélo perd sa reine

Jeudi 16 mai 2019
Le monde du vélo perd sa reine
Toujours fidèle au VCG, Françoise Daniel, lors du Tour de Guyane de 2016. - Photo d'archives

Incontournable, Françoise Daniel l’était aussi bien dans la vie sportive que culturelle. Cofondatrice du Vélo club guyanais et instigatrice de la tradition du bal masqué des enfants du Mardi gras, elle restera l’éternelle Mamie Françoise pour de nombreux Guyanais. Elle est décédée hier à l’âge de 86 ans.

Rares sont ceux qui n’ont pas connu mamie Françoise Daniel à Cayenne tant ce pilier du cyclisme guyanais était aimé. Elle s’est éteinte hier dans sa maison familiale, au 61 de la rue Félix-Éboué, à Cayenne. Elle avait 86 ans. On ignore pour l’heure la date de ses obsèques.

Cofondatrice avec son mari Félix du Vélo club guyanais en 1953, elle était une infatigable supportrice du club. Des années durant, elle a sillonné les routes pour assouvir et transmettre sa passion pour le vélo. Antoine Karam, sénateur, se souvient de sa ferveur : « Lévé to têt ! Sur sa mobylette, avec son mari dans son sillage, elle savait l’encourager pour qu’il donne le meilleur de lui-même à chaque compétition. » Sa passion, cette mère de neuf enfants l’a aussi partagée avec toute sa famille. À tel point que le peloton guyanais a connu et connaîtra des générations de Daniel, comme le souligne Antoine Karam. Dévouée au sport, elle l’était d’ailleurs à un degré qui en surpasse bien d’autres, n’hésitant pas à faire construire une maison, rue Édouard-Auguste-Étienne, à Cayenne, qu’elle a léguée à son club. Elle abrite depuis le siège du Vélo club guyanais.

Le bal des enfants du Mardi gras

« On a perdu l’âme-même du Vélo club guyanais, une pièce centrale du puzzle », regrette Philippe Kong, président du club. Son amour du vélo avait aussi poussée Françoise Daniel à s’investir dans l’organisation du Mémorial Marguerite-Daniel, course-hommage à sa défunte fille, spécialement dédiée aux tout-petit, rappelle Rodolphe Alexandre, président de la Collectivité territoriale.

Mais Mamie Françoise n’était pas seulement connue comme la matriarche d’un clan aux multiples champions. Chaque année depuis plus de quarante ans, elle organisait son fameux bal masqué du Mardi gras. L’année dernière, elle avait passé le relais à sa fille Anne-Marie, mais tenait plus que jamais à cette tradition, comme elle le rappelait dans notre édition du 3 février 2018. « C’est du travail, mais quelque part pour les enfants, ce n’est pas du travail car il faut faire des choses pour eux. » Au carnaval comme dans le vélo.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
4 commentaires
A la une
3 commentaires