France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

« Papa, tout ira bien tant que tu seras avec nous »

Krysten ARNOLIN Samedi 16 juin 2018
« Papa, tout ira bien tant que tu seras avec nous »
Yvon Ramassamy et son fils Keran se sont exprimés sur leur relation père-fils à l'approche de la prochaine Fête des pères ce dimanche (Ramon Ngwete)

À l'approche de la Fête des pères, ce dimanche, Yvon Ramassamy, papa de trois enfants et grand-père cinq fois, nous livre ce que, veut dire, pour lui, la paternité.

Pour Yvon Ramassamy, être un bon père est une question d'éducation. Cet habitant de 53 ans du quartier cayennais de Petit-Lucas se réjouit d'avoir inculqué de bonnes valeurs à ses enfants même s'il a dû parfois avoir recours à la punition. « J'aime mes enfants, c'est pour cela que je les ai corrigés » , déclare-t-il. Il ne faut juste pas oublier de les rassurer et de leur dire que nous les aimons. »
Il évoque avec émotion une des confidences faites par son fils aîné Cédric pour la Fête des pères. « Il m'a dit : « Papa, tout ira bien tant que tu seras avec nous. » Cela m'a vraiment touché. Je me suis revu plus jeune, sans présence paternelle, et qui aurais aimé être épaulé. J'ai essayé de donner à mes enfants tout ce que je n'ai pas eu la chance d'avoir. »
SUR LES TRACES D'UNE POTO MITAN
À 53 ans, Yvon a élevé ses enfants de la même manière que sa mère, « une battante » . « Cela n'a pas toujours été facile pour elle mais nous avons reçu une bonne éducation. Elle s'est battue pour nous. Elle a été mon modèle. Alors, j'ai moi aussi voulu en devenir un pour mes enfants. Elle était stricte mais c'était pour notre bien. »
Il se dit choqué des comportements de certains jeunes partis à la dérive. « Ils ont récemment parlé d'un incident au journal télévisé où un enfant de maternelle avait brisé le nez de sa maîtresse. Même en maternelle, il n'y a plus de respect. C'est effrayant » , déplore-t-il.
UN PAPA IMPLIQUÉ
À ses yeux, les parents d'aujourd'hui doivent plus s'impliquer dans l'éducation de leurs enfants. « On entend souvent dire que les parents ont démissionné. Mais il faut que ceux-ci soient d'abord éduqués. »
Yvon, qui vient de fêter la naissance de son cinquième petit-enfant, rappelle qu'être père est une mission de tous les jours. « Il faut que les pères se documentent sur la parentalité. C'est ce que j'ai fait lorsque ma femme était enceinte de notre premier fils, Cédric, explique-t-il en regardant ses photos de famille. J'ai aussi eu la chance d'être épaulé, conseillé par des aînés de mon quartier. Ils ont beaucoup de choses à nous apporter. »
Il n'oublie pas de saluer le travail remarquable des mamans qui jouent un rôle indispensable pour l'équilibre de leur progéniture. « Je conseille aux pères d'être présents pour leurs enfants mais surtout pour leurs femmes. Être père, c'est aussi honorer la femme qui nous a donné nos enfants. »
UN RÔLE MODÈLE
Son dernier fils, Keran, décrit son père par un seul mot : « exemplaire » . Il revient ensuite sur les propos d'Yvon qui a déclaré que la force de leur famille était leur foi en Dieu, évoquant la chance d'avoir un père compréhensif qui le laisse faire ses propres choix. « Même si je choisis une autre voie spirituelle, mon père ne me rejettera jamais » , souligne-t-il. Yvon, le regardant avec tendresse, conclut que le rôle d'un père est « d'écouter et de guider ses enfants sans imposer ses convictions » .

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire