France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Cleeveland Roumillac : "J'ai toujours su que j'étais homosexuel"

Propos recueillis par Marlène Cléoma Lundi 18 Février 2019 - 10h25
Cleeveland Roumillac : "J'ai toujours su que j'étais homosexuel"
Cleeveland, l'humoriste guyanais qui monte - (photos : droits réservés)

On a découvert Cleeveland Roumillac grâce à ses vidéos hilarantes sur les réseaux sociaux dans le rôle de Tania. Si de toute évidence Cleeveland n'est pas une femme, il en parle très bien et avec beaucoup d'autodérision . Il y a moins d'un an, le jeune humoriste réalisait une vidéo de 20 minutes déclarant ouvertement son homosexualité. Il a choisi FA Le Mag pour revenir sur cet épisode important de sa vie. Entretien exclusif.

Pouvez-vous vous présentez à nos lecteurs du MAG ? 
Je m’appelle Cleeveland Roumillac j'ai 23 ans, j'ai commencé à faire des vidéos sur Snapchat puis je les ai exportés sur Facebook et Instagram et elles ont eu pas mal de succès. Je traite en général dans mes vidéos des sujets de société (relation homme-femme, infidélités). Des sujets dans lesquels pas mal de personnes pourraient se reconnaître.
Présentez-nous Tania, votre personnage.... 
Tania c'est mon alter ego. Tania c'est la femme que j’aurais aimé être si j'étais une femme. Par son caractère, ce qu'elle dégage. C'est une femme qui ne se laisse pas faire. C'est elle avant les autres. 
Vous avez toujours été drôle ? 
Je pense que oui, mais avec mes amis proches, je me lâche. Car dans la vie de tous les jours je ne suis pas quelqu'un de très sociable.
Quel a été le déclic pour vous lancer dans le monde l'humour ? 
Lorsque je suis arrivé en métropole pour les études. J'ai commencé à faire des stories sur Snapchat en racontant un peu le quotidien et les aléas de la vie à Paris.  Mes amis trouvaient ça drôle, ils m'ont encouragé à les publier sur d'autres réseaux sociaux. J'ai tardé car vous savez sur internet les gens sont très méchants, mais un jour je me suis dit pourquoi pas. Donc j'ai tenté, ma première vidéo c'était "les talons tiki top" (une paire de talon horrible) puis j'ai continué aves des sujets de société qui ont eu leurs succès...  
Comment décrirez-vous votre humour ? 
 Mon humour est rempli de métaphores et de sous-entendus, car à travers mes expressions qui peuvent paraître drôles, la plupart du temps il y a un message et heureusement beaucoup le remarquent. C'est ma façon à moi de faire de la prévention contre la dépression (beaucoup de personnes se posent des questions, vivent dans le doute, ou ne sont pas vraiment heureux et je veux être là pour ces personnes grâce à mes vidéos). 
Quelle place occupe-t-il dans votre vie ? 
 Pour moi c'est un loisir, je ne voudrais pas que ça devienne trop sérieux pour le moment, c'est un moyen pour moi de me détendre.
Peut-on rire de tout ? 
 Je dirais qu'il faut plutôt savoir aborder certains sujets avec plus de légèreté, et d’autre trouver un juste milieu. Mais il ne faut pas.
Qu'aimeriez-vous apportez à l’humour ? 
Apporter plus de bienveillance. Dans le monde dans lequel on vit c'est primordial je dirais, mais il faut pouvoir être écouté, donc je pense que l'humour est un bon moyen car il détend et nous avons tous besoin de rire. 
Vous prévoyez d'en faire votre métier ?
Je ne sais pas encore. Actuellement j'ai quelques projets en tête, je ne voudrai pas m'arrêter uniquement sur l'humour. Pour l'instant c'est un loisir et un amusement. 
Quelle sont les humoristes qui vous inspire ? 
Je ne peux pas dire qu'il y en a qui m'ont inspiré car je ne les connaissais pas. Mais, depuis que j'étais tout jeune, je regardais les sketchs de Viviane Emigré e Rudy Icaré.  Si je devais faire une collaboration ce serait avec eux... mais avec Sacha l'alter égo de Rudy, être la nièce de Sacha et Vivianne ma tante.
L'an dernier, vous annonciez ouvertement votre homosexualité à travers une vidéo sur YouTube, était-ce un besoin ou avez-vous cédé au flux des questions de vos fans et détracteurs ? 
Il faut savoir que j'ai fait mon coming-out quand j'avais dix-sept ans.  Depuis que je suis devenu un personnage public, je voulais m'assumer. J'ai posté sur YouTube car ça reste. Auparavant j'avais fait une story, mais ça ne dure que 24 heures tout le monde n’a pas pu avoir l’information. Je sais que la question se posait, donc j’ai profité pour éclaircir la situation.
Vous n'avez donc aucune difficulté de parler de l'homosexualité et de votre cas en particulier ? 
Je pense que l'homosexualité c'est inné. Certes, à la maison on nous inculque un schéma bien défini, mais à aucun moment on nous parle d'un homme avec un homme. Je savais que je n'étais pas comme les autres garçons : j'étais souvent avec des filles, mais je ne ressentais rien de plus, c'était juste des amies je ne me voyais pas avec elles. Alors que quand je voyais un garçon c'était autre chose, je ressentais quelque chose de différent. 
Comment vos proches ont-ils réagi? 
Ma mère, elle a bien réagi, même si je sais qu'au début elle était quand même déçue...  Elle m'a demandé si j'etais vraiment certain, est-ce que ce n’était pas une tendance. Au final, elle m’a dit que c’était ma vie et que je pouvais être comme je suis. Quant à mon père je ne lui ai rien dit, il a appris la nouvelle. Mais lui peu m'importe... je n'ai pas grandi avec lui. Quant à mes vrais ami (es), je n'ai pas eu de rejet. 


Avez-vous été confronté à l’homophobie ? 
Oui énormément durant ma scolarité, même en métropole mais moins. Surtout chez nous en Guyane, aux Antilles, depuis qu'un garçon est efféminé, on l'insulte. Mais c'est ce qui m'a forgé. 
Comment parvenez-vous à en faire abstraction et continuer à vivre de votre passion?
 Depuis que j'ai décidé que c'était ma vie et pas la leur. Si je me préoccupais des critiques, insultes, je n'allais jamais être heureux si je devais me soucier de ce que pensent les gens et donc m'adapter à un format qu'impose la société, un format qui ne me correspond pas. À quel moment je serais heureux ? Et de toute façon peu importe ce que vous faîtes, vous serez toujours critiqué. Je n'aurais pas été homo, ils auraient trouvé un moyen de me critiquer donc bon au final autant être vraiment moi et ne pas porter de masque comme font beaucoup.  
Vos thèmes abordés tournent souvent autour des relations hommes femmes, mais vous ne parlez jamais de la culture gay. Pourquoi ? 
Pour l'instant, ce n'est pas un domaine sur lequel je souhaite approfondir. Ce n'est pas vraiment ce qui me passionne, mais s'il y a un acte d'homophobie, une méchanceté, si c'est relayé dans les médias, à ce moment, je peux intervenir, donner mon point de vue. 
Vous faites le buzz en ce moment avec la vidéo : petit rappel aux maitresses 2019 partagé en masse par la gente féminine, qui vous a valu quelques critiques de vos détracteurs masculins comment vous réagissez vous ? 
Ça ne m’atteint pas plus que ça.  Je sais que mon humour ne va pas plaire à tout le monde d'autant plus que je suis gay. Mais je ne m'attarde pas sur ça comme on pourrait le croire. 
Quels sont vos projets de scène à venir ? 
Pas pour l'instant. J’essaye de prendre un peu de recul, je réfléchis à savoir si je veux réellement continuer dans l'humour. J'en profite pour aller voir plus de scène et apprendre davantage. 
Vous avez quelqu'un dans votre vie? 
On pourrait penser que oui, mais non. Je sors d'une longue relation sérieuse qui m'a fait beaucoup de mal. Je suis un cœur à prendre avec beaucoup de cicatrices pour le coup. 

(photos : droits réservés)



Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

Gérard Manvussa 19.02.2019

On s'en fout qu'il soit homosexuel ou autre : quel intérêt de raconter ça, où est l'audace ?

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 20.02.2019

Fidèle à votre mentalité qui représente bien le problème de tolérance vis-à-vis des autres...

Répondre Signaler au modérateur
MOMO66 19.02.2019
Momo

Le principal c'est d'être bien avec la personne choisie et la vie est longue... Bravo pour ta franchise, merci.Kisses

Répondre Signaler au modérateur
nounette 18.02.2019

J'adore ta franchise, jaime tes vidéos. Ta vie elle a toi et à personne. Bonne chance. Sylvaine

Répondre Signaler au modérateur
josy 18.02.2019
Authentique

Bravo pour ta franchise et authenticité

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
Magazine

France-Guyane et So What Média présentent...

P.R. - Lundi 26 Novembre 2018

>

Magazine

Creeks Mx ambiance les vacances

Propos recueillis par Angélique Gros - Lundi 18 Juin 2018

Vous n’avez pas chômé cette année… Oui, ça a été une année...

1 commentaire
A la une
1 commentaire
2 commentaires