En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

D-Myan : « Un beatmaker reste un compositeur »

Pierre ROSSOVICH Samedi 07 octobre 2017
D-Myan : « Un beatmaker reste un compositeur »
À 21 ans, D-Myan est un beatmaker incontournable en Guyane. Il compose sur les logiciels FL studio, Cubase et Logic pro (Matojah)

Cette année, les Lindor ont récompensé deux jeunes beatmakers (1) pour leur travail. Nous avons rencontré l'un d'eux : D-Myan, dont les productions sont devenues incontournables dans le dancehall local.

Pour la première fois, les Lindor ont tenu à récompenser les beatmakers (2) de la scène locale. Ceux-ci se différencient des compositeurs en cela qu'ils travaillent essentiellement sur ordinateur. On parle ainsi de musique assistée par ordinateur (m.a.o). Ce prix spécial a été remis à deux jeunes : D-Myan et Yovng Beatz. À eux deux, ils ont composé la majorité des tubes dancehall guyanais que vous avez pu entendre ces derniers mois. Pour D-Myan, « un beatmaker reste un compositeur » . Ce jeune surdoué de 21 ans s'est formé à la m.a.o en autodidacte. « Mon père est dans la musique, il a une société de sonorisation, cela m'a influencé à en créer par moi-même, explique-t-il. Il y avait des platines à la maison et j'ai d'abord appris à mixer. C'est comme cela que je suis entré dans l'univers musical » .
Il réalise ses premières compositions à l'âge de 16 ans. En 2013, sort son premier vrai riddim (3) : TLM riddim avec Gunzy, Lil Drey, Mik'la Seen et Akness. Petit à petit, il en vient à travailler avec Gifta. Il signera plusieurs tubes du chanteur : Trop real friend, Diss n run, Action... Il est aujourd'hui le compositeur attitré du label Di Baddest (comprenant Ken Vybz, Dana di Baddest, Jahmal Tic et Don Pleen) et compose également pour Jahsik, Nikko, Millian.
« JE NE CHERCHE PAS À ÊTRE UNE VEDETTE »
D-Myan l'avoue, il ne trouve pas « très compliqué » de composer sur ordinateur. « Si je canalise bien mon énergie, je finalise une instru en deux jours » , répond-il. Le style de ses compositions dépend alors de son humeur : « Selon mon état d'esprit du moment, le résultat peut être mélancolique ou festif. J'essaie simplement d'être créatif à chaque fois, et de transmettre ce que je ressens. » Avec ce Lindor en poche, D-Myan ne pense pas que les choses vont changer pour lui. « Je ne cherche pas à être une vedette. Mon objectif n'est pas forcément de vivre de la musique, car la vie d'artiste est dure en Guyane » , souffle-t-il. Son objectif à court terme serait de partir dans l'Hexagone suivre une formation audiovisuelle. En attendant, D-Myan continuera à alimenter le dancehall local de ses productions.
(1) Selon Wikipédia : Un beatmaker est un compositeur de morceaux instrumentaux pour le hip-hop, un « faiseur de sons » qui compose des rythmes (des « beats » dans le domaine du hip-hop).
(2) Un beatmaker est un compositeur de morceaux instrumentaux pour le hip-hop, un « faiseur de sons » qui compose des rythmes (des « beats » dans le domaine du hip-hop).
(3) Version instrumentale

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3