France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Lé zoubliyés, piké social

P.R. Jeudi 03 janvier 2019
Lé zoubliyés, piké social
Dlo Coco - Pierre Rossovich

Lé zoubliyés du groupe Dlo Coco est l’album qui s’est le mieux vendu en 2018 chez le disquaire Sun Studio. L’histoire d’un tube du carnaval qui, une fois n’est pas coutume, s’attaque à un thème social  : l’insécurité.

Lé Zoubliyés est le dixième album du groupe Dlo Coco, créé en 2002. C’est aussi le disque le plus vendu en 2018 chez le disquaire de Cayenne Sun Studio (voir le Top 20 de l’année dans la rétrospective 2018 en vente demain).

Il s’agit d’un deux-titres. Le premier, intitulé Mimisouk, est une reprise. « Nous l’avons refait car il est énormément demandé, dans les mariages pour ouvrir le bal où même chez Nana et Polina », raconte José Lama, fondateur de la formation. La première version date de 2005 ; celle-ci est  plus live , réenregistrée avec Karl Gros-Désormaux au micro.

«  Un coup de gueule sur fond de mazurka  »

Le deuxième titre porte le nom de l’album  : Lé Zoubliyé, tiré de « l’observation attentive et émue du mouvement de mars-avril 2017 », explique José Lama. Un véritable coup de gueule, sur fond de mazurka. Pour le musicien, «  la première cause du mouvement a bien été l’insécurité. Le refrain le raconte  : Dépi to mété oun bijou, raché  !  Aujourd’hui, la situation a empiré. Les moyens d’urgence ne sont toujours pas débloqués. Pour l’instant, nous avons des moyens normaux pour une situation exceptionnelle. » 

Un tube du carnaval aux paroles sociales, donc. Rien d’étonnant, selon José Lama  : «  Le public doit pouvoir s’identifier aux paroles. La musique est l’habillage, mais les paroles sont l’ingrédient principal. » Les chansons sociales ont d’ailleurs toujours existé, comme Moun kayenn okipan, chanté par Tutus. En 2009, déjà, Dlo Coco sortait Nou pa lé sa, suite à la grève pour le prix de l’essence. Cette année, durant le carnaval, Dlo Coco se produira tous les vendredis au Break Club, les samedis au Café de la Gare et promet d’animer quelques bons vidés de 5 heures du matin

Pierre ROSSOVICH

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une