France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
MARTINIQUE

Qui est Kevin Doure, la tête présumée d'un vaste trafic ?

A. K / M. B Jeudi 07 juin 2018
Qui est Kevin Doure, la tête présumée d'un vaste trafic ?
Kevin Doure : « En isolement, je suis en guerre » (dessin Stéphanie Destin)

Le silence a été rompu lundi au sixième jour d'audience du procès aux assises du Martiniquais de 32 ans, principal mis en cause dans un trafic de cocaïne d'envergure entre l'Amérique du Sud et l'Europe. Il s'est d'abord exprimé avant de se retrancher dans le silence.

Ses mots étaient attendus. La loi du silence, qui prévaut depuis le début de ce procès, a été brisée lundi matin.
À la barre, Kevin Doure parle lors de son audition par les cinq juges professionnels. Le Martiniquais de 32 ans, qui avait refusé de participer à son enquête de personnalité alors qu'il était en détention, se livre un peu sur sa vie, mais pas sur les faits.
Il répond au quart de tour à la présidente.
Ainsi, la cour d'assises spéciale de Martinique en apprend un peu plus sur Kevin Doure. Il n'a pas fréquenté longtemps les bancs de l'école. Il a 18 ans lorsqu'il est emprisonné pour la première fois. C'est en détention qu'il obtient son baccalauréat, puis, à défaut d'études électroniques comme il l'envisageait, il passe une licence en droit immobilier et décroche aussi un master en droit immobilier.
« Je voulais travailler comme agent immobilier » , précise Kevin Doure, un peu fier de son parcours universitaire.
Quant à son éducation, l'accusé révèle avoir été élevé par sa mère, avoir une soeur et un frère.
- « J'ai des relations parfaites avec eux jusqu'à présent.
- Et votre père ?, interroge la présidente de la cour.
- Il nous a laissés un peu à l'abandon, je ne cherchais pas à le voir. »
CHEF D'ENTREPRISE ET MARIÉ...
Comme si elle voulait arracher le maximum de paroles à l'accusé, la présidente passe de sa famille à ses relations amicales, particulièrement à celle que Kevin Doure noue avec celui qu'il appelle « Le chat » . C'est Christophe Felix, lui aussi dans le box des accusés.
Avec un casier judiciaire qui porte trace de neuf condamnations, Kevin Doure, qui a passé plus de temps en détention qu'en liberté, est aussi à la tête de plusieurs sociétés domiciliées à Dubaï, au Panama... dans l'import-export, le pétrole... Des activités professionnelles internationales qui lui ont permis de voyager.
« J'ai monté mon agence à Dubaï. C'était plus facile à cause de mes problèmes judiciaires en France. En 2011, quelqu'un m'a accosté à Dubaï. J'étais un peu saoul. Il me propose de créer une entreprise dans le pétrole. » Alors, il a ouvert Doure and Co Petroleum au Panama, indique-t-il.
La présidente l'interroge aussi sur la gestion de ses trois entreprises. « J'étais le président du conseil d'administration, je valide les décisions. »
Ni énervement, ni emportement. Au procès, l'on apprend aussi que Kevin Doure s'est marié en 2016 avec Naïma. B, « une escort girl avec laquelle il voyageait très fréquemment » selon les enquêteurs. Jeune femme qui est aujourd'hui introuvable.
Le ton de Kevin Doure est posé. Sauf quand il parle des conditions de détention en cellule d'isolement qu'il occupe depuis quatre ans.
La présidente de la cour liste les incidents qui ont émaillé à plusieurs reprises ses relations avec les agents pénitentiaires. Conséquences de procédures disciplinaires pour, entre autres, détention de portable, d'un bocal contenant de l'alcool...
- En isolement, je suis en guerre. Parfois je suis dépressif.
« JE SUIS LE MOUTON À CINQ PATTES DE LA MARTINIQUE »
Il énumère ses va-et-vient d'une prison à l'autre dans l'Hexagone et ses transferts express en Martinique pour quarante-huit heures à Ducos pour les besoins de l'enquête. Il a changé onze fois d'établissements pénitentiaire. Et de déclarer : « Je suis le mouton à cinq pattes de la Martinique... On ne va pas me lâcher. »
Kevin Doure philosophe. « Dans une vie, il y a plusieurs vies. Je suis dégoûté. La vraie vie commence à 40 ans, c'est ce qu'un homme de 63 ans m'a appris en prison » . Il se reprend : « Ma vie n'est pas normale : regardez, je suis dans une case en verre, les autres sont là-bas. »
Dans l'après-midi, au moment d'aborder les faits, ses mots sont, cette fois-ci, comptés. Il explique juste pourquoi il a avalé et détruit un Black-Berry Messenger placé sous scellés.
L'audience s'est poursuivie lundi par l'audition de Laurent Goguillon, accusé de gérer le trafic dans l'Hexagone. Ce dernier, âgé de 53 ans, a exprimé des regrets à la barre. « Mes regrets ne changeront rien. Ce milieu ne m'attirait pas. C'est l'aspect lucratif qui me plaisait. » Le procès s'est poursuivi mardi avec les enquêtes de personnalités des autres accusés : dix hommes sont jugés depuis le 28 mai, dont trois, en leur absence, sous le coup d'un mandat d'arrêt international.
A. K et M. B, France-Antilles Martinique

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3