France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

« Nous sommes venus porter un message positif et politique »

FXG Vendredi 04 mai 2018
« Nous sommes venus porter un message positif et politique »
Le stand de Délices de Guyane. Ci-dessous, celui de la miellerie de Macouria (FXG)

Hélène Sirder, vice-présidente de la Collectivité territoriale (CTG), est fière de la place que la Guyane s'est octroyée à la Foire de Paris dans le pavillon 4, celui dit des « Terres de tropiques » . Jusqu'au 8 mai, le territoire expose des produits d'excellence.

. « Parce que le regard des autres est souvent négatif, parce qu'on ne peut pas empêcher ce regard quance, des araignées ou des serpents dans le salon, nous montrons le vrai visage de la Guyane, nous montrons ce que nous sommes! » , souligne Hélène Sirder, vice-présidente de la CTG à la Foire de Paris.
Sur un espace de 400 m2 au centre duquel trône le stand institutionnel où le comité du tourisme vante l'écotourisme, la Guyane expose depuis le 27 avril (et jusqu'au 8 mai) son excellence. Les événements de mars-avril 2017 ont contribué à accroître la notoriété du territoire, la collectivité en profite et, un an après, a voulu marquer le coup avec du contenu. « C'est un message positif et politique que nous avons souhaité délivrer, précise Hélène Sirder. Pour montrer cette Guyane qui est en train d'émerger, cette Guyane qui avance et notre collectivité territoriale qui se met en place! »
« IL N'Y A PAS QUE LES TOULOULOU » La CTG a fait venir 24 exposants qui témoignent du développement économique de la Guyane, de son tissu artisanal de petites entreprises comme la miellerie de Macouria (trois fois médaillée bronze, argent et or au salon de l'agriculture), les rhums Toukan (médaillé d'or au dernier Rhumfest), des cosmétiques, des tissus amérindiens, des poupées créoles... La collectivité a même fait appel à l'artiste Abel Adonaï pour la mise en valeur des espaces et des stands avec des palettes recyclées.
La CTG a aussi invité les entreprises qui exportent, la Cogumer, Délices de Guyane. « Et puis, ajoute Hélène Sirder, nous avons le symbole de la Guyane à côté de la biodiversité, l'or! » En ce 1er mai, la foule ne cesse de se presser devant l'étal de la bijouterie Coupka... « Après les événements de l'an dernier, poursuit l'élue, nous montrons le visage qui est le nôtre et il n'y a pas que les touloulou! »
(FXG)
FXG, à Paris
Que vous inspire la Guyane ?
Éric, employé, Paris
(FXG)
« Ça m'évoque les îles... On connaît toujours le rhum des Antilles ou de La Réunion, mais le rhum de Guyane, je ne connaissais pas du tout. Je ne suis jamais allé en Guyane et je ne suis pas sûr de dire correctement où c'est... Rires! Je sais surtout que c'est là qu'on fait les essais... Non, les fusées! »
Georges, promeneur à la Foire
(FXG)
« Ça me fait penser aux Caraïbes et aux touloulou et puis au rhum de la Guyane que je connais bien, il s'appelle la belle Cabresse. Je ne suis jamais allé en Guyane, mais mon petit frère s'y trouve, c'est à travers lui que je la connais. »
Florian, ingénieur informatique
(FXG)
« Ça me fait penser à la France, à l'Amérique du Sud... Je pense aux paysages et aux problèmes qu'il y a là-bas parce qu'on en a entendu parler il n'y a pas longtemps... C'est plutôt attirant et ça excite ma curiosité. Je sais qu'il y a la base spatiale française d'où l'on fait partir nos fusées. Je suis assez curieux mais je n'y suis toujours pas allé! »
Patricia, mère de famille
(FXG)
« Le paradis, l'eau, le soleil, le sable, la coco, les épices... Aucune idée en fait, je n'y suis jamais allée, mais c'est à découvrir! »
Propos recueillis par FXG
Bèl Chivé
Jean-Marie Félix et sa compagne Jennifer Leroy fabriquent eux-mêmes un soin capillaire 100% végétal à partir de la feuille d'argent. « Au contact de l'eau, cette feuille produit un gel qu'on utilise pour se coiffer et hydrater le cheveu. »
C'est un savoir traditionnel que les deux concepteurs proposent désormais, prêt à l'emploi. Ils ont créé leur société à Cayenne il y a deux ans et c'est chez eux qu'ils produisent leurs huiles et shampooings. « Nous allons chercher les plantes en forêt, puis on les lave, on les traite et on les utilise... »
C'est la première fois qu'ils sont présents à la Foire de Paris. Une aubaine qu'ils doivent aux « Premières de Guyane » , un incubateur d'entreprises au féminin. Ils bénéficient ainsi de trois jours d'exposition à la porte de Versailles.
Il n'en fallait pas moins pour que la CTG leur propose à son tour de présenter leurs produits au sein même de son stand institutionnel pour deux jours supplémentaires.
« C'est une très belle expérience » , confie Jean-Marie Félix. Entre les gens qui découvrent et ceux qui connaissent déjà, ils s'aguerrissent ainsi chaque jour au contact de la clientèle.
Bientôt ils ouvriront leur boutique à Cayenne et ont déjà des pistes pour fournir le marché métropolitain, notamment à Nantes.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3