France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Des diplômés du sport made in Guyane

Guillaume REUGE Mercredi 07 novembre 2018
Des diplômés du sport made in Guyane
De gauche à droite : Eddie Couriol (directeur du Creps), Patrice Faure (préfet), Hélène Sirder et Jean-Claude Labrador (CTG) ont signé la convention (GR)

Se former aux métiers du sport en Guyane, c'est désormais possible depuis la signature d'une convention entre l'Institut de formation et d'accès au sport (Ifas) de Guyane et le Centre de ressources, d'expertise et de performance sportive (Creps) de Guadeloupe.

La dernière formation sportive professionnelle proposée en Guyane datait de 2014. Ce vide est désormais comblé par la signature d'une convention, lundi soir, entre le Centre de ressources, d'expertise et de performance sportive (Creps) de Guadeloupe, l'État, la Collectivité territoriale et l'Institut de formation et d'accès au sport (Ifas) de Cayenne. Quatre fois quatre signatures pour permettre à une première promotion d'encadrants sportifs, formés chez nous, de voir le jour. « Nous allons mettre en place la formation pour le brevet d'État des activités nautiques. Un coordinateur sera nommé en mars et les cours débuteront en septembre, pour huit mois. Une dizaine de maître-nageurs y seront formés » , précise André Pamphile, directeur de l'Ifas depuis février 2017. Le brevet pour les activités de fitness doit être proposé pour la rentrée 2020. À plus long terme, des formations de management seront accessibles aux professionnels du sport en activités.
COMPLÉTER LA CHAÎNE
« J'observe un paradoxe en Guyane : il y a la première jeunesse de France, de nombreux talents, mais sans structure pour se former » , constate le préfet Patrice Faure. « L'État a obtenu que le Creps de Guadeloupe vienne en Guyane. C'est intéressant de compléter la chaîne et de proposer un peu plus au sein l'Ifas » , explique le préfet qui espère que les futurs jeunes diplômés made in Guyane dans l'encadrement sportif, l'animation, l'entraînement ou le management resteront sur le territoire.
DEVENIR UN CREPS
Si la Guadeloupe produit chaque année davantage de sportifs de haut niveau que la Guyane, c'est avant tout pour une raison historique selon Éddie Couriol, directeur du Creps de Guadeloupe et ancien handballeur international. « Le Creps en Guadeloupe est vieux de 50 ans contre quatre pour l'Ifas. Forcément, nous n'en sommes pas au même point, mais la marche à gravir n'est qu'une histoire de temps. » Concrètement, le Creps, par cette convention, va dépêcher en Guyane plusieurs de ses formateurs pour « mettre sur les bons rails » les formations professionnelles. Avec ce nouvel aspect apprentissage, l'Ifas pourra à terme prétendre au statut de Creps. « Il manque peut-être un établissement scolaire en lien avec l'Institut ? interroge Éddie Couriol. C'est ce que nous avons en Guadeloupe et c'est en adaptant l'école à la formation sportive que nous arrivons à produire des athlètes de haut niveau. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire