France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

« Il y a pratiquement un enseignant devant chaque classe »

Propos recueillis par Hermann ROSE-ELIE Mercredi 03 octobre 2018
« Il y a pratiquement un enseignant devant chaque classe »
Selon Alain Ayong Le Kama, l'académie de Guyane aurait besoin de 110 professeurs supplémentaires, dans le premier et le second degré (HRE)

Invité hier matin de Radio Péyi et France-Guyane, le recteur de l'académie a dressé un premier bilan de la rentrée scolaire en Guyane. Alain Ayong Le Kama s'est exprimé sur plusieurs sujets qui font débat.

Effectif des enseignants
Il y a pratiquement un enseignant devant chaque classe. Nous avons quelques points de tension sur les sites isolés, pour des matières comme la physique-chimie, l'anglais et les sciences de la vie et de la Terre. C'est une difficulté qui est structurelle dans notre académie, mais on met tous les moyens au quotidien pour que les élèves soient devant un enseignant et le plus vite possible.
Recrutement des vacataires
Dans le premier degré, il nous en manque une soixantaine, mais l'avantage, à ce niveau, est que nous avons des brigades de remplacement. Dans le second degré, il nous manque une cinquantaine d'enseignants.
Gestion et délais des affectations
Nous avons l'obligation de valider les qualités pédagogiques des personnes que l'on recrute et chaque personne qui sera recrutée chez nous va passer par le filtre d'un inspecteur d'académie. C'est ce dernier qui valide l'affectation. C'est un processus qui peut prendre du temps, mais je préfère avoir des enseignants qui ont été validés. Ce serait plus grave d'envoyer dans les classes des personnes qui n'ont pas de compétences pédagogiques avec des habitudes personnelles qui ne sont pas compatibles avec l'Éducation nationale.
Concours pour garder les contractuels
Dans le premier degré, les contours des concours sont décidés au niveau de l'académie, donc l'année prochaine nous tiendrons le concours en fonction des candidats éligibles. Par contre, dans le second degré, c'est un concours national avec des dispositifs nationaux. Pour avoir des spécificités, il faut que le législateur change quelques lignes de la loi. Nous avons allongé la durée des contrats, nous avons revalorisé leur carrière.
La problématique de l'attractivité
Il y a deux formes de déficit d'attractivité chez nous : le fait que les enseignants titulaires ne viennent pas beaucoup en Guyane et certains qui sont chez nous essaient de partir. Dans le premier degré, pour cent demandes de sortie, je n'avais que trois entrées. Deuxièmes aspect : même quand on vient en Guyane, on a envie de rester sur le littoral dans le second degré et donc les taux de contractuels sur les sites isolés sont parfois explosifs.
Visite annoncée en Guyane du ministre de l'Éducation nationale
L'agenda d'un ministre est complexe, les questions de l'éducation sont transversales. Caler un agenda, ce n'est pas simple, mais sa volonté de venir est aboslue.
L'invité sur Radio Péyi avec France-Guyane, à 7h10 du lundi au vendredi

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
18 commentaires

Vos commentaires

xxl 07.10.2018
GLOBE TROTTEUR/CHASSEUR DE PRIMES

Heureusement que ces gens existent sinon la guyane serait vraiment dans la merde !!!!!

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 08.10.2018

Merci mon cher...c’est sur que c’est pas localement que...lol

Répondre Signaler au modérateur
Nafou 07.10.2018
En même temps ...

Ayant postulé comme contractuel avec dossier complet comme indiqué sur le site de l'académie, je n'ai reçu aucune réponse. Peut-être un truc à voir de ce côté là, est-ce que les demandes sont traitées ? Est-ce qu'il y a la ressource suffisante pour le faire ?

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 08.10.2018

Heureusement que tous les crétins ne sont pas pris. Le quota est déjà rempli avec 50% au CRPE...lol.

Répondre Signaler au modérateur
xxl 04.10.2018
BAGNE

L'histoire des bagnards a laissé des séquelles, comme si tous les mutés en guyane sont des gens non condamnables mais punissables.

Répondre Signaler au modérateur
Leonardo 04.10.2018
métro zéro

Depuis des années tout est fait pour isoler la Guyane : attractivité financière en berne, fiscale en capilotade, humaine et sécuritaire en charpie. Le développement culturel, social, économique est compromis dans ces conditions. Le monde est vaste, la Guyane n'en est pas l'épicentre.

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 05.10.2018

Résultat de son statut.

Répondre Signaler au modérateur
jml973 03.10.2018

Les titulaires ne sont pas à plaindre ? Comment cela se fait-il alors que si peu de monde ne veuille venir enseigner en Guyane et pire que tout le monde parte après 3 ou 4 années sur le territoire ? Mise à part Mayotte aucune autre académie n'a un tel problèmes de départs et de non remplacements. L'académie de la Guyane n'attire pas à cause des fous furieux qui rejettent les "métro" et comme ils disent pour rester entre eux mais également à cause du traitement réservé aux collègues à leur arrivée. Le Rectorat de la Guyane n'y est pas étranger. Combien d'enseignants s'en plaignent régulièrement dans les établissements ? Vous pouvez fermez les yeux mais il y a un vrai problème et d'attractivité et de gestion. Après il ne faut pas se plaindre qu'il n'y ait pas d'enseignant qui vienne en Guyane. C'est pas grave on masque le problème avec l'emploi massif de contractuels.

Répondre Signaler au modérateur
roots973 04.10.2018

parce que certains ont de la famille en métropole et au qu'au bout de 3-4 ans ça commence a faire long alors ils repartent et d'autres sont des chasseurs de prime et repartent dans un autre DOM-TOM pour cumuler les primes...
Et d'autres il y en a (que je connais même très bien) on enseigné toute leur vie en Guyane sans rencontrer les problèmes de "foux furieux" dont vous parlez et n'ont jamais crachés dans la soupe.Je connais également de jeunes profs qui après avoir fait quelque années dans les banlieues parisiennes sont ravis même de se retrouver dans des collèges pas connus pour être les plus tendres.
Combien de "métro"débarquent en Guyane et ne s’intègrent jamais ?qui au bout de quelque années n'ont même pas un ami de Guyane?
Il est facile de regarder d'un coté mais il est bon de regarder de l'autre aussi.
Ça ferait du bien a certain prof d'aller bosser dans le privé pour comprendre ce que c'est le "manque de respect".Dans combien de métier on a besoin "d'attirer" les gens a aller faire leur travail? je vois bien la caissière d'hyper U dire a son boss ,
-mon emploi n'est pas assez "attractif" ..-
-bé madame la porte est par la ...
je respecte les profs ,c'est pas un boulot facile mais y a un moment on va pas leur sortir le tapis rouge ...chacun son taf

Répondre Signaler au modérateur
MartinEden 04.10.2018
Le manque de respect

Tout le personnel enseignant vient de l'hexagone ? Ceux venant des Antilles, d'autres Dom,... ne comptent pas donc. Ou vous faites un choix.
"sans rencontrer les problèmes", simplement parce que tous les problèmes rencontrés dans les établissements scolaires ne sont pas remontés donc pas comptabilisés. Ne soyez pas crédule.
Avant de s'intégrer, il faudrait commencer par être accepté. Il n'y avait qu'à entendre les commentaires d'individus aux barrages lors des blocages de 2017 pour constater que certains se bornent à cette image de blanc colonisateur et de noir esclave.
La couleur de peau ne dispense personne de se sentir concerné par l'éducation, la santé et la sécurité en Guyane.
Ces mêmes individus, dont un bon nombre à leur niveau, pratiquent le favoritisme à tout va, au lieu de la recherche de compétences (hôpitaux, mairies,...). Combien de femmes se voient proposer la position allongée pour espérer être embauchée ?
Il faut un #metoo guyanais !
"Un ami de Guyane", celui qui ne connait pas + que la route menant de Cayenne à Kourou, celui qui pense le créole guyanais comme étant LA langue régionale au dépend des langues amérindiennes et bushinengue, celui qui n'accorde aucune importance à nos maraîchers hmongs ?
Heureusement, ce n'est pas le cas de tous, et nous apprenons de nos différences, encore faut-il vouloir dialoguer.
Dans le privé, il faut aussi "attirer" pour venir travailler en Guyane. Paiement d'un 13ème mois ou +, le logement, les primes,...

Répondre Signaler au modérateur
roots973 04.10.2018

"Ceux venant des Antilles, d'autres Dom,... ne comptent pas donc"
bien sur qu'ils comptent mais c'etait pas le sujet...

"Avant de s'intégrer, il faudrait commencer par être accepté"
Allez dire ca au francais d'origine arabe,africaine ,vietnamienne ,antillaise en france metropolitaine
Les guyanais sont des français comme les autres en fait lol
je suis pas en train de dire que c'est un exemple loin de la
"Combien de femmes se voient proposer la position allongée pour espérer être embauchée ?"
...je prendrais pas la peine de répondre...
"Un ami de Guyane", celui qui ne connait pas + que la route menant de Cayenne à Kourou, celui qui pe..."
vous généralisez ..
"Il n'y avait qu'à entendre les commentaires d'individus aux barrages"
vous y etiez sur les barrages ou vous faites réferences aux 3 qui sont passé a la TV?
Et tout les guyanais n’étaient pas forcément pour les barrages
"faut-il vouloir dialoguer"
j'ai aucun problème avec ca ,j'y vais d'ailleurs

Répondre Signaler au modérateur