France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
tribunal

« Où est l’accusateur de mon client ? Où sont les témoins ? »

Jeudi 08 août 2019
« Où est l’accusateur de mon client ? Où sont les témoins ? »

« Faisons un peu de droit, si vous le voulez bien ». La plaidoirie de Me Mustapha Khiter a au moins le mérite d’entrer immédiatement dans le vif du sujet. En jeu, le sort qui sera réservé à son client, un jeune homme d’à peine 19 ans, présumé responsable d’un vol avec violence commis le 28 juillet dernier, à Cayenne, et, second motif pour lequel il comparaissait, « d’usurpation de plaque d’immatriculation. »

Un ami introuvable

« Où est l’accusateur de mon client ? », s’interroge l’avocat. Absent, bien sûr, comme c’est très souvent le cas dans ce genre d’affaires. « Où sont les témoins qui ont été entendus par les services de police ? », renchérit l’avocat. Des témoins qui, soit dit en passant, sont les frères et sœurs… de la victime. Inutile de les chercher, ils sont eux aussi absents de la salle d’audience. Pas de quoi émouvoir la représentante du ministère public, Ève Tassin, qui s’estime « pas du tout convaincue par les allégations du prévenu, lequel déclare être victime d’un concours de circonstance ». Selon ses déclarations, ce n’est pas lui qui a agressé la victime, lui dérobant une chaîne de cou en or, mais son ami Néfo — introuvable jusqu’à présent — lequel conduisait un scooter portant une fausse plaque d’immatriculation. « Moi, j’étais passager du scooter. Mon seul tort, c’est d’avoir été au mauvais endroit au mauvais moment. » Après délibérations, le tribunal, présidé par Emmanuel Wattraint, a suivi les réquisitions du parquet : le prévenu a été condamné à 12 mois de prison, avec maintien en détention, au motif qu’il était » co-acteur des faits reprochés. » Il a en revanche été relaxé du motif « d’usurpation de plaque d’immatriculation ».

M. L. T.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Gérard Manvussa 08.08.2019

on dit pas plutôt co-auteur ?

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une